Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les chiffres publiés hier par l’Organisation internationale du travail sont cruels : 202 millions de personnes seront au chômage cette année dans le monde, 6 millions de plus que l'an passé. Partout, sous la pression de l’aristocratie financière, les politiques d’austérité tuent l’emploi et amputent le pouvoir d’achat.

 

Que le premier mai soit chômé et payé est aujourd’hui une réalité dans de nombreux pays. Mais les forces de la domination font tout pour que la filiation et le contenu historiques de cette journée soient médiatiquement passés sous silence. La récupération est une pratique classique de la domination. Le 1er mai décrété Journée de mobilisation par l’Internationale socialiste est devenue Fête du travail. Adolf Hitler rusé détourneur du vote ouvrier, en fera dès 1933, une journée chômée et payée. Le maréchal Pétain l'imitera en France en 1941.

 

Aujourd’hui, un candidat à la présidence française, ami des PDG des multinationales et copain des pillards de la Finance, décide lui aussi de faire du 1er mai un temps fort de sa campagne électorale.

 

Mais, les syndicats n’ont pas la mémoire courte. A contrecourant du flot médiatique, ils n’oublient pas. Ils n’oublient pas les glorieux 1er mai de lutte, depuis ce 1er mai 1886, où, aux États-Unis, la puissante mobilisation des syndicats met à l’ordre du jour la journée de huit heures. C’est pour ces huit heures que trois jours plus tard trois grévistes de McCormick ont été tués à Chicago. Et que cinq autres ouvriers seront pendus le 11 novembre suivant. Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles d’Augustin Spies, l'un des condamnés : «Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui».

 

Synthèse blog, 30 avril 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article