Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Il a vécu, il a combattu, il a milité, il est mort comme un fils de l’Algérie profonde, dans la dignité, le respect et l’amour de ses compatriotes.

Par son courage, sa probité sans concession, Il est l’honneur et la fierté de notre peuple. Plus il avançait en âge, plus il devenait pour notre jeunesse le symbole de ses espoirs et de son dynamisme.

Il est entré et il restera dans le coeur de chaque Algérienne et Algérien de tout âge, comme la flamme brûlante du combat contre la hogra, l’oppression et l’exploitation d’où qu’elles viennent. En même temps que son cœur et son esprit  débordaient d’humanisme, appelaient à garder le cap de la fraternité et de la justice sociale, plus particulièrement envers le peuple laborieux et les déshérités.

Il fut avant tout un grand esprit rassembleur et unitaire des forces vives de la nation, un ardent défenseur de ce à quoi appelle le Hirak, la vigilance contre toute discrimination nuisible au Front intérieur contre les menées impérialistes.

Je garde en mémoire ce qu’il confia à mon ami et camarade Haidar Hassani, en confirmation de son ouvrage « La Révolution assassinée » : la première mitraillette avec laquelle j’ai combattu, provenait de la prise d’armes de Henri Maillot. Et il ajoutait son estime pour les combattants communistes du dj’bel qu’il avait connus dans l’ALN.

Ce message de haute conscience politique contre toute exclusive patriotique et démocratique, est le plus précieux héritage qu’il nous laisse dans notre féconde diversité idéologique et politique.

Si Lakhdar, le peuple qui t’admire et qui t’aime, veillera aux enseignements de tes combats, alors que se rapprochent les luttes décisives et complexes pour la nouvelle Indépendance.  Ta volonté unitaire inébranlable est à jamais présente dans nos esprits.

Sadek Hadjerès, 5 novembre 2020

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article