Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Akram Belkaïd, Paris, 22 octobre 2020

L'horrible décapitation de Samuel Paty, un enseignant en France par un jeune de dix-huit ans d'origine tchétchène, qui lui reprochait d'avoir montré des caricatures du Prophète à ses élèves dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine, a provoqué une grave crise aux conséquences incertaines.

Il ne s'agit pas ici uniquement de l'immense, et légitime, émotion qu'un tel acte barbare a provoqué au sein de la société française. Il ne s'agit pas non plus de l'agitation suspecte d'un gouvernement, et notamment du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin, déjà préoccupé par la campagne électorale de la présidentielle de 2022 et soucieux de faire oublier ses responsabilités dans cette triste affaire. Une frénésie de propos destinés à masquer aussi le délabrement d'un secteur éducatif où il n'est pas rare que des parents d'élèvent cognent un enseignant surmené pour une mauvaise note ou un téléphone portable confisqué durant les heures de cours.

Il est évident que ce drame révèle des lignes de fractures qui se sont aggravées depuis le début des années 2010. De manière régulière, des attentats ou des actes isolés de violence se revendiquant de l'islam reposent de manière brutale le rapport entre la société française et les communautés de cultures musulmanes. Cette fois-ci, l'onde de choc est plus forte, ne serait-ce que parce que c'est l'école qui est concernée mais aussi parce que le crime a aggravé un climat déjà délétère en raison, notamment, de la crise sanitaire.

Il n'y a rien d'étonnant à voir l'extrême-droite et ses relais médiatiques s'engouffrer dans la récupération de cette sordide atteinte à la vie. Tout y passe. L'immigration, les politiques d'accueil et d'asile, certains droits individuels, les mécanismes de lutte contre le racisme et les discriminations, la gauche populaire, tout cela est visé. Marine Le Pen le dit clairement quand elle évoque « une guerre qui exige une législation de guerre ». Dans tout ce vacarme amplifié par les politiques et les chaînes d'information en continu, l'islam en France est de nouveau mis en accusation comme si toutes les personnes concernées de près ou de loin par cette religion étaient complices du tueur.

A l'inverse, ce qui est inquiétant, c'est la proportion sans cesse croissante de la société française qui se dit convaincue par tout ou partie de ce discours accusateur. L'idée que « les musulmans » n'en font pas assez pour lutter contre le terrorisme intégriste est en train de s'installer de manière définitive et celles et ceux qui la combattent en dénonçant les amalgames sont mis à l'index. « Islamo-gauchistes » ou naïfs, ils seraient les complices, ou, pourquoi pas, les instigateurs de cette violence. Quoi que l'on dise, quoi que l'on fasse, il est de plus en plus difficile de faire entendre la nuance. Et de poser les termes du problème.

Il y a six ans, voici ce que je répondais au journaliste Gille Heuré de Télérama lorsqu'il m'interrogeait à propos des suites de l'assassinat d'Hervé Gourdel en Algérie (1). Les appels demandant à la communauté musulmane de réagir, disais-je, « traduisent une contradiction fondamentale : d'un côté, on met en garde les musulmans contre toute forme de communautarisme ; de l'autre, on les intime, en tant que musulmans, à condamner officiellement cet acte ignoble. C'est une manière d'affirmer que les musulmans restent une exception dans le modèle républicain. N'importe quel être humain réprouve ces crimes épouvantables. On n'a pas besoin de demander aux gens de s'en désolidariser ou d'exprimer leur dégoût : ça coule de source (...) Pour certains milieux en France, les musulmans, s'ils ne sont pas coupables par nature, peuvent faire preuve de duplicité. Ils doivent fournir la preuve de leur normalité et de leur insertion dans la société française. »

En réalité, ajoutai-je, « ces appels laissent entendre que l'islam pratique un double discours : les musulmans intégrés participeraient à la vie de la société française, payeraient bien leurs impôts, etc., mais seraient susceptibles à tout moment de commettre des meurtres à l'encontre de citoyens français, musulmans et non musulmans. C'est une peur palpable et entretenue. »

Rien de tout cela n'a changé. C'est même devenu pire. Cela pose de vrais problèmes pour l'avenir. Apeurée, affolée par les vitupérations d'éditorialistes connus, sans cesse conditionnée par les outrances des réseaux sociaux, la société française semble exiger aujourd'hui des preuves de loyauté de la part des musulmans. C'est cela qui se dessine tranquillement, sans que le personnel politique ne prenne la mesure de l'enjeu. En réalité, dans un pays où l'on rejette, à juste titre le communautarisme, les questions « mais où sont les musulmans ? » ou « mais que font les musulmans ? » sontdes assignations à résidence qui ne veulent pas disparaître. Elles logent dans l'inconscient collectif et il sera difficile de les extirper. Mr Omar ou Mme Latifa, quelles que soient leurs opinions et leurs croyances, sont ainsi sommés de s'exprimer en tant que musulmans. Il ne vient à l'idée de personne qu'ils n'ont pas envie d'être définis de la sorte. Il ne vient à l'idée de personne que leur seule manière de lutter contre l'intégrisme et les actes de violence, est juste d'être eux-mêmes, des citoyens sans histoires qui ont les mêmes préoccupations et attentes que leurs compatriotes français.Mieux, des citoyens qui haussent les épaules ou se détournent quand un collectif intégriste tente de les convaincre ou de les enrôler.

La grande mosquée de Paris, de nombreux imams, ont clairement condamné le crime. Ils sont dans leur rôle et parlent au nom de nombreux croyants. D'autres, « musulmans de culture » ont, quant à eux, exprimé leur révulsion via les réseaux sociaux. Que leur faut-il faire d'autre ? Qu'ils singent l'imam Chalghoumi en baragouinant, en pleurnichant, un pardon pour des actes qu'ils condamnent et avec lesquels, faut-il le répéter, ils n'ont rien à voir ?Veut-on qu'il fassent le coup de poing contre les extrémistes ? Qu'ils se substituent à la police et qu'ils s'en prennent directement à des associations d'incendiaires que les autorités ont tolérées, voire encouragées, parce qu'elles imposaient la paix dans des quartiers populaires gangrénés par le trafic de drogue ? Qu'est-ce que tout cela veut dire ? Veut-on organiser une guerre civile chez les cinq millions de musulmans vivant en France afin qu'un camp (celui qui incarne la majorité respectueuse de la République) puisse enfin gagner ses galons de citoyenneté reconnue ? Faute de réponse politique clairvoyante, c'est la paix civile qui est désormais menacée.

(1) « Les musulmans français victimes d'amalgames », Télérama, 12 octobre 2014.

Source : Le Quotidien d’Oran

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article