Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

« Après une semaine de grève adoptée démocratiquement par voie de vote (96.66% pour la grève), le conseil d’administration n’a pas trouvé mieux que de porter plainte contre les syndicalistes les plus en vue. Le procès des syndicalistes se déroulera demain 9 aout à la chambre sociale du tribunal administratif d’El kseur. La solidarité agissante s’impose ! »

 

Retour sur la lutte des travailleurs de BSA d’El Kseur -Bejaia.

Par : Adlène Belhmer, 8 août 2020

Voici une semaine que les travailleurs de la Brasserie Star Algérie d'El Kseur (Bejaia) se sont mis en grève. Un double combat qui les oppose d’abord au conseil d’administration qui s’est montré particulièrement rétif à toute démarche de négociation pour satisfaire les revendications des travailleurs, mais cette lutte fait face également à un embargo médiatique qui empêche de donner une visibilité à ces travailleurs en lutte et aux luttes sociales en générale.

Les travailleurs de BSA ne sont pourtant pas à leur premier combat. Après une lutte acharnée, ils ont réussi à imposer une section syndicale au sein de l’entreprise le 23 février 2019. La date n’est pas anodine, parce qu’elle intervient aux premiers jours du Hirak qui a acculé les patrons de l’entreprise dans leur offensive contre les travailleurs.

La plateforme de revendications portée par la section syndicale contenant quatre chapitres et sous-tendant en 23 points s’articulent essentiellement sur la demande légitime de l’amélioration des conditions socio-économiques des travailleurs. Outre la revalorisation des salaires et l’amélioration des conditions de travail, les travailleurs exigent entre autres de régler la situation des CDD en leur faisant signer des contrats CDI, ainsi que l’attribution des primes annuelles chaque année en suivant la progression ou la régression du bénéfice de l’entreprise. Comme il est question du fonctionnement démocratique de l’entreprise, en insistant sur la nécessité d’intégrer au moins un membre du syndicat dans le conseil de discipline et les appeler à participer dans les réunions administratives et techniques.

Après deux réunions avec le conseil d’administration qui a continué à faire dans la sourde oreille, les travailleurs ont décidé de déclarer le conflit à l’inspection du travail qui a notifié un PV de non conciliation en juillet 2019.

Face à une situation de blocage et une administration adoptant une ligne de fer en refusant toute négociation, les travailleurs ont lancé un mouvement de grève largement suivi en septembre 2019. En touchant ainsi le nerf de la guerre qui sont les profits de l’entreprise, le conseil d’administration fléchit et s’assoit à la table de négociation. Le PV de l’assemblée générale regroupant la section syndicale et le conseil d’administration portant huit résolutions, chacune adoptée en unanimité, aurait pu être un dénouement à ce conflit social.

Bien au contraire, le conseil d’administration est revenu sur ses promesses. Ce qui a motivé la volonté des travailleurs d’un retour à la grève adopté en assemblée générale le 20 mars dernier. La situation sanitaire qui s’est imposé à nous, ne va pas en améliorant la situation des travailleurs qui par décision collective ont repris le travail en juin.

Face à un déni démocratique au sein de l’entreprise et des conditions de travail qui ne s’améliorent pas, le recours à la grève pour la énième fois s’est imposé objectivement aux travailleurs pour s’affirmer face à une administration qui s’est drapée sous l’étoffe d’une dictature entrepreneuriale.

Après une semaine de grève adoptée démocratiquement par voie de vote (96.66% pour la grève), le conseil d’administration n’a pas trouvé mieux que de porter plainte contre les syndicalistes les plus en vue. Le procès des syndicalistes se déroulera demain 09 aout à la chambre sociale du tribunal administratif d’El kseur. La solidarité agissante s’impose !

La lutte des travailleurs de BSA d’El Kseur à l’instar de celle de leurs camarades de Numilog, des travailleurs de l’EPB, de Remila…etc, participe à ce renouveau des luttes sociales dans la wilaya de Béjaia et plus généralement dans le pays. Elle ouvre des perspectives de solidarité entre travailleurs pour une jonction des luttes autour d’un programme commun d’action. Mais pour se faire elles doivent gagner en visibilité et en cohérence afin d’ériger des ponts entre les différents secteurs en lutte.

Source : Facebook

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article