Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Après les changements à la tête des services secrets de l'Armée, le site contrôlé par le général « janviériste » à la retraite Khaled Nezzar algeriepatriotique.com commente :

« Les observateurs n’ont pas manqué de constater l’acharnement du réseau mafieux qui sévissait au sein du ministère de la Défense nationale sous la bienveillante protection de Gaïd-Salah, vidant leur rancœur sur les généraux Toufik et Tartag, les Premiers ministres Sellal et Ouyahia, et les hommes d’affaires Rebrab et Haddad, avant de rectifier le tir en élargissant les arrestations à d’autres victimes expiatoires du système dont le sacrifice était devenu indispensable pour, croyaient le théoriciens de cette machination diabolique, anesthésier le mouvement de contestation populaire ».

Le site évoque même dans un autre édito « la bande de malfaiteurs résidus du règne chaotique de l’ancien chef d’état-major de l’armée, le général Gaïd-Salah ».

Ces analyses confortent Ihsan El Kadi, journaliste et patron du groupe média éditant Maghreb Emergent et RadioM. Il écrit :

« Le sentiment que le réseau de Toufik est en train de prendre sa revanche s’est d’autant renforcé ces dernières semaines que l’agenda opérationnel de la déchéance des généraux Bouazza et Lachkham était annoncée par Algérie Patriotique (les généraux Toufik et Nezzar étant restés proches en dépit que de quelques divergences concernant Bouteflika) et par le journaliste exilé à Londres Said Bensedira qui n’a jamais caché son respect pour le général Toufik".  Source : Radio-M

Enfant du sérail malguiste, le patron de presse Ihsan El Kadi a toujours été fasciné par les luttes entre « décideurs ». Le 8 décembre 2018 Il présentait ainsi le processus de succession de Bouteflika:

« Dans le contexte des deux dernières années, l’agenda de Mohamed Mediene dit Toufik, est moins occupé par les chicanes à mettre sur la route des Bouteflika que par le projet de prendre une revanche opérationnelle sur son propre rival le général Gaïd Salah artisan en chef de sa déchéance puis de sa chute en septembre 2015. Saïd Bouteflika a encore une chance de retomber sur ses pieds en cas de banqueroute déclarée au tribunal du commerce de son projet de faire réélire son frère président. Elle consiste à prendre les devants d’une solution politique portant d’abord l’assentiment de la classe politique et en arrière-plan de « l’Etat profond ».

Trois mois plus tard, dix jours après le déclenchement du Hirak, Ihsan El Kadi fait le point le 3 avril 2019,

Le patron de presse justifie ainsi l’implication du chef du DRS dans l’opération de Saïd Bouteflika intronisant Lamine Zeroual :

« Le fait que cela soit le général à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik, qui ait transmis cette proposition est aux yeux de son farouche adversaire, Ahmed Gaïd Salah, une circonstance aggravante, qui ne doit pas faire perdre de vue l’essentiel dans l’analyse. Les Bouteflika tentaient de « racheter leurs âmes » en accédant à la principale revendication du mouvement après celle de leur départ: remettre les clés de la transition à des personnalités validées par le peuple. »

En 2013-2014, El Kadi Ihsan promettait -la main sur le coeur- à ses lecteurs que Bouteflika ne se représentera pas. On se rappelle qu’après les élections du 4è mandat, le patron de presse  faisait cette autocritique mémorable :

« En deux occasions, j’ai pronostiqué le ravalement du système politique algérien sans Abdelaziz Bouteflika à partir d’avril 2014. Ecrits basés sur des sources d’information sérieuses. Erreur complète. Excuses intégrales »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article