Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Un terme a été mis à la grève cyclique dans les mairies engagée en "soutien au mouvement populaire du 22 février ", par la Fédération des communaux de la wilaya de Tizi Ouzou, affilié au Snapap. De son côté la Cosyfop jusqu'ici championne de l'action politique a décidé de ne plus "reléguer le travail syndical au second plan".

Le bureau de wilaya du Snapap de Tizi-Ouzou informe que «la Fédération de wilaya des communaux est gelée, suspendue de toute activité syndicale, au nom du Snapap, jusqu’à nouvel ordre, pour non-respect de ses prérogatives».

M. Kendriche, coordinateur de wilaya du Snapap explique à La Dépêche de Kabylie : «On ne peut plus continuer à dire qu’on va dans le sillage du mouvement populaire, en pénalisant la population. C’est absurde ! La grève est désormais finie. Celui qui veut faire de la politique n’a qu’à le faire, au sein d’un parti. Il ne faut pas instrumentaliser un syndicat fait pour défendre les acquis et droits des travailleurs et encore moins pénaliser périodiquement les citoyens. Si on a des revendications on n’a qu’à se mettre autour d’une table et rédiger une plate forme de revendications».

Une semaine auparavant un autre syndicat autonome le Cosyfop (confédération des forces productives) procédait à un véritable virage à la suite d'un congrès extraordinaire. Raouf Mellal est  renvoyé. Zakaria Benhadad, nouveau président explique à  TSA la décision du congrès : "L’ancien bureau s’impliquait énormément dans le domaine politique au point de reléguer le travail syndical au second plan".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article