Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les fermetures d'usines et compression d'effectifs font la une ce matin.

Les fermetures d'usines et compression d'effectifs font la une ce matin.

L'éditorial du Quotidien d'Oran

Par Abdou Benabbou, 30 janvier 2020

http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gif Les ailes de Condor, entreprise dont l'omnipotence devenait criarde sur le marché algérien, s'incendient à grand feu. 40% de ses travailleurs sont plaqués sous le perron du chômage pour pester contre un avenir obscurci. L'ENIEM de Tizi Ouzou perd pied, elle aussi, et son personnel est prié de rentrer chez lui.

La vague des compressions et des licenciements dans le monde du travail a fini par avoir une figure effarante et un pan important du secteur productif national a baissé les rideaux.

Les senteurs de la prison d'El-Harrach se sont liguées aux draconiennes restrictions bancaires et douanières pour étaler une situation économique frisant le drame, pour se demander si dans la hâte, il n'y a pas eu une visible maldonne qui a pénalisé l'ensemble du monde productif.

La loi est la loi bien évidemment et il était dangereux de continuer à l'effilocher par les à-coups habituels qui ont ruiné le pays. Mais n'aurait-il pas été plus rentable sur de nombreux plans que l'Etat optât pour une simple nationalisation et exiger plutôt des pervertis en prison de rendre gorge de tout le pactole qu'ils ont malhonnêtement amassé ?

De même n'aurait-il pas été plus sage de ne pas plier dans la précipitation des règles douteuses des montages et des fabrications pour mieux réfléchir à donner une large noblesse à la production ?

Face à un énorme incendie, on admet que le temps a pressé et que devant les imparables contraintes financières du pays, on soit obligé de manier la tenaille et le marteau. Ce ne sont pas ceux qui ont alimenté des niches fiscales à l'étranger en préparant leurs arrières, ni la maléfique seigneurie des containers qui en souffrent, mais des milliers de pourvoyeurs d'emplois qui en payent le prix.

On peut comprendre le recul et la tempérance du président de la République nouvellement élu pour ne s'en tenir d'abord et essentiellement qu'à s'attaquer aux problèmes de fond.

Le temps cependant le bouscule et il est à craindre que sa patience ne soit sérieusement perturbée par l'impatience de la rue.

Source : Le Quotidien d'Oran

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article