Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

 

Liberté consacre son dossier du jour à la fiscalité sous le titre "Ras le bol fiscal. Forte pression sur les salariés et les entreprises". Ras le bol des salariés certes, mais les entreprises?

Ras le bol des salariés. Liberté révèle : "Prélevé à la source, l’impôt sur le revenu global payé par les salariés a ainsi généré près de 692 milliards de dinars en 2018, tandis que le produit de l'IRG sur les autres catégories de revenus s’est établi à quelque 92 milliards de dinars au titre du même exercice". 

Forte pression sur les entreprises? L'article ajoute : "Plus éloquent encore, les recettes générées par l’impôt sur le revenu des sociétés (IBS) – soumis, lui, au système déclaratif – n’a rapporté à l’État que quelque 384 milliards de dinars, baissant même de 8,5% en 2018  par rapport à l’exercice précédent".

Puisque l'impôt sur les sociétés baisse de 8,5, l'IRG tondue sur le dos des salariés doit nécessairement augmenter pour alimenter le budget de l'Etat. C'est la loi des vases communicants. Dans le dossier de liberté, un ancien ministre des Finances, cité par Meziane Rabhi, pointe la place croissante de l’impôt sur le revenu global des salariés, perçu à la source, qui est passée de 13% en 2005 à 24% de la fiscalité ordinaire en 2013.

Les derniers chiffres consolidés de la fiscalité ordinaire indiquent même que la part de l'IRG sur les salaires a représenté 26% des recettes fiscales ordinaires recouvrées et budgétisées en 2018

Lire le dossier : Liberté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article