Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le mot d'ordre revient à la une, alimentée par l'interview d'un économiste qui affirme à la radio : "Le budget de l’Etat  peut être équilibré en revenant sur les transferts sociaux, un réservoir qui est là". Pour le néolibéralisme dictatorial de l'Expression et le néolibéralisme bcbg d'El Watan, c'est l'occasion de relancer la campagne.

«Notre économie est dans le rouge» titre L'Expression. Affichant aujourd'hui son soutien au commandement de l'armée, ce quotidien s'était distingué, avant le hirak, au service des thèses néolibérales d'Ouyahia.

Propos choisis : " Hier, le professeur en économie Youcef Benabdallah a été des plus défaitistes. Invité de la Rédaction de la radio Chaîne 3, l’expert qui a affirmé qu’il y a une période de sévère austérité qui attend le pays dans le très moyen terme, soutient qu’il n’y a aucune mesure dans le sens de réforme structurelle qui a été prise, depuis l’éclatement de la crise en 2014". L'Expression

Le quotidien El Watan  reprend la balle en titrant : Youcef Benabdellah, économiste : «Une phase d’austérité sévère dans le très moyen terme».

"Nous nous dirigeons vers une «phase d’austérité sévère dans le très moyen terme, c’est-à-dire dans une année et demie ou deux ans», avertit l’économiste en plaidant pour l’urgence d’aller vers des réformes sérieuses.  "Il faut commencer par dire la vérité aux Algériens et rétablir les équilibres financiers à partir de cette vérité, je parle du budget de l’Etat qui peut être équilibré en revenant sur les transferts sociaux, un réservoir qui est là, mais pour cela, il faut une capacité régalienne pour puiser dans ce fonds», dit-il. El Watan

 

Le point de vue de Nouredine Bouderba, expert social (décembre 2015)

Au plus fort de la précédente campagne contre les transferts sociaux à laquelle participaient des experts du gouvernement soutenus par des médias comme El Watan.

"Les transferts sociaux ne que représentent 9,1% du PIB. Si, pour les besoins de comparaison, on y ajoute le budget global du système de Sécurité sociale, on arrive à un montant de transfert global qui représente 15% du PIB.

Les anti-transferts sociaux trouvent que le niveau de ces dépenses sociales est trop élevé et nous invitent à nous référer aux pays développés qui, selon eux, n’y consacrent que 3%. Le rapport panorama de la société 2014 de l’OCDE nous dit autre chose puisqu’il y est noté que le taux moyen des transferts sociaux dans les 34 pays de l’OCDE a été de 22%, ceux du Danemark, de la Belgique, de la Finlande et de la France dépassant même les 30%.

Seuls la Turquie, la Corée, le Chili et le Mexique y ont consacré moins de 15% de leur PIB (entre 7,4 et 12,8 %). Il est important de souligner que c’est dans ces derniers pays que les transferts sont justement ciblés et qu’on retrouve le plus grand taux de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté (supérieur à 15%) ainsi que les plus grandes inégalités, contrairement aux autres pays où les transferts sont universalistes et les inégalités beaucoup plus réduites.

Les salaires, en Algérie, sont très bas et les prix internationaux élevés pour la nourriture et l’énergie sont hors de portée des revenus de la population. Et c’est justement grâce aux transferts sociaux que la pauvreté et les inégalités sont plus ou moins contenues. Pour les prix de l’énergie, bien sûr, il faut la réalité des prix. Mais quels prix ?

Les organisations internationales au service des multinationales veulent des prix intérieurs en référence aux prix internationaux, alors que tous les pays en voie de développement producteurs d’hydrocarbures subventionnent les prix de l’énergie en prenant comme référence le coût marginal de long terme afin de faire bénéficier leur population et non les multinationales de la rente. Même les Etats-Unis subventionnent l’essence à la pompe, vendue à moins de la moitié de son prix international.

Le gouvernement veut supprimer les transferts sociaux et les subventions en les remplaçant par des transferts ciblés. L’expérience internationale a montré, partout, que les transferts ciblés ont toujours fini par s’amenuiser en taille et en volume pour ne plus réduire les inégalités et la pauvreté. L’OCDE, qui a toujours défendu la théorie du ciblage, a fini par noter, en 2012, que dans les pays où les transferts ne sont pas universalistes mais ciblés, les inégalités comme les taux de pauvreté sont nettement élevés, avant d’affirmer dans son rapport 2014 que lorsque les systèmes de transferts sociaux sont fortement ciblés, les baisses des dépenses sont davantage susceptibles de nuire aux plus démunis.

Par ailleurs, au-delà de l’absence de définition consensuelle du «nécessiteux» et du «seuil de pauvreté», aucun pays au monde n’a pu résoudre le problème d’identification des bénéficiaires de l’allocation ciblée. La majorité des expériences des programmes d’aide ciblée ont échoué à cause de l’impossibilité pratique d’établir la liste des nécessiteux sur la base de critères objectifs, surtout dans les pays en développement qui ne disposent pas d’une administration performante et fiable.

A titre d’exemple, en 2010, une enquête de l’INS tunisien avait conclu que les familles pauvres ne bénéficiaient que de 51% des allocations de l’aide ciblée alors que 20% des bénéficiaires faisaient partie des 40% des plus riches de la population. En Inde, 64% des individus les plus riches bénéficiaient, en 2006, d’un programme ciblé au détriment des pauvres et de la classe moyenne. Source : Subventions des prix. L'expert conteste la ligne d'El Watan

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article