Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

"Les manifs du régime sont entrain de jouer le rôle de chiffon rouge" écrit la journaliste Malika Abdelaziz Ziri qui analyse sur Facebook  les récents incidents provoqués à Annaba par un regroupement en faveur des élections du 12 décembre.  "J'irai presque jusqu'à parier qu'en plus des regroupements -insignifiants- en sa faveur, il organise, il fomente aussi les contre-manifestations". Elle conclut : " Le Hiraq dit chaque Vendredi son rejet du régime. Pourquoi donc en semaine se sentir en quoique ce soit concerné ou menacé par son 12/12, les bouffonnades de sa bande des cinq, ses meetings et regroupements. Qui a peur du Hiraq ? Pas nous tout de même"
 

ALERTE anti-pièges!
 

Par Malika Abdelaziz Ziri, 14 novembre 2019

Des images confuses, hier d'Annaba, montrent des charges policières contre des attroupement supposés réagir à des regroupements et marches en faveur des élections du système. Je ne vais pas ici pousser la chansonnette sur le respect des libertés d'opinions, d'expressions etc., bien que la propagande du régime trouvera dans ces images de quoi nous assurer que le Hiraq agit contre les droits démocratiques de la soit disant "majorité silencieuse", "populaire", "véritablement nationaliste", donc pro Etat-major de l'Armée, de ses plans politiques pour le pays et de son agenda du 12\12.

Bref, il me semble que les affrontements voulus par le régime sont entrain d'entrer non pas par la porte mais par la fenêtre. Le Hiraq lui a claqué magistralement au nez la porte des confrontations au sein du peuple sur des bases ethniques, culturelles, Idéologique... Par la fenêtre, il nous propose de nous affronter sur SES échéances politiques et sa bande des cinq manœuvriers recyclés.

J'irai presque jusqu'à parier qu'en plus des regroupements-insignifiants-en sa faveur qu'il organise, il fomente aussi les contre-manifestations. C'est facile à faire. Il y a bien sûr tous ces baltaguias/milices mercenaires que finalement, en 10 mois nous n'avons pas beaucoup vu agir. Et surtout, en 10 mois, le régime, ses polices et agents politiques ont eut amplement le temps d'infiltrer le Hiraq, d'y fabriquer des meneurs d'hommes plus royalistes que le roi, d'y repérer des têtes brûlées prête à foncer, comme le taureau sur un chiffon rouge, sans prendre suffisamment la précaution de réfléchir sur la stratégie du pouvoir et ses tactiques dans telle ou telle conjoncture.

Les manifs du régime sont entrain de jouer ce rôle de chiffon rouge.

Les réactions, à mon avis au moins irréfléchies et certainement manipulées des contres manifestations sous les mots d'ordre et couleurs du Hiraq, ont déjà des retombées négatives. Dans les opinions qui ont besoin d'arguments pour, à leurs propres yeux et aux yeux des autres, légitimer aujourd'hui leur distance par rapport au Mouvement et demain leur bulletin dans l'urne.

Quelle aubaine que ce Hiraq intolérant, antidémocratique, au fond semblable au système non ? Quelle aubaine aussi que ces chasses à l'homme policières, ces captures d'autres "éléments du Hiraq" qui nous fabriquerons de nouveaux détenus, pour lesquels nous aurons des soucis, des actions et expressions de solidarité, qui là aussi nous occuperons la tête. Laquelle, par les temps qui courent aurait indéniablement besoin de fonctionner à mil pour cent.

Le Hiraq dit chaque Vendredi son rejet du régime. Pourquoi donc en semaine se sentir en quoique ce soit concerné ou menacé par son 12/12, les bouffonnades de sa bande des cinq, ses meetings et regroupements. Qui a peur du Hiraq ? Pas nous tout de même !

Source : Facebook

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article