Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Par Saoudi Abdelaziz, 25 septembre 2019

On a observé dans les marches du mardi une proportion de moins en moins importante d'étudiants. Durant les vacances, la presse a expliqué ce phénomène par la solidarité des autres citoyens qui venaient suppléer au départ des étudiants. Mais cela continue plus nettement encore de semaine en semaine, après la réouverture des campus. Les querelles de clocher et le caractère partisan imprimé aux mots d'ordre a-t-il affaibli l'élan unitaire initial?

Ce matin, les comptes rendus de presse sur la marche des étudiants  de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou (UMMTO) ouvrent des pistes de réflexion.

Hier à Tizi Ouzou. Photo DR

Le quotidien Liberté titre: "31e mardi de mobilisation à Tizi Ouzou. La transition démocratique réclamée". Le correspondant recueille les explications de deux leaders étudiants : "Concernant la période de transition, longuement réclamée par les étudiants, Amirouche a affirmé qu’“en tant qu’étudiants, nous avons  toujours maintenu notre revendication qui est une transition démocratique et souveraine”. Lui succédant, son camarade, Aomar, a expliqué que “si les étudiants ont réinvesti la rue en ce 31e mardi, c’est pour dire encore une fois clairement qu’il n’y aura pas d’élection sans transition démocratique”.  (Liberté).

Les étudiants ont-ils massivement "réinvesti la rue" pour soutenir ce mot d'ordre? Liberté ne précise pas. Le correspondant du Soir d'Algérie confirme le compte rendu de son confrère.  «Pas d’élections sans transition», était le slogan phare de la traditionnelle marche des étudiants de l’Université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou". Mais il précise : "Un nouvel acte de protestation qui a été marqué par une faible mobilisation puisque les étudiants n’étaient que quelques centaines à se rassembler devant le portail du campus Hasnaoua où ils seront rejoints par des enseignants et des citoyens pour constituer un défilé dont le nombre sera étoffé par des citoyens qui se sont mêlés à la procession de marcheurs dont le nombre «se gonflera», au fur et à mesure que ces derniers avançaient à travers le parcours traditionnel de la marche."

Le titre de l'article est : "Tizi Ouzou. Reflux de la mobilisation estudiantine". Le journaliste s'interroge sur cette faiblesse de la mobilisation du mardi "visible depuis le mois de juin dernier": "Si les examens justifient en partie le reflux criant de la mobilisation estudiantine, des observateurs n'hésitent pas à l’expliquer par des querelles de clochers qui empêchent la communauté universitaire de Tizi Ouzou de retrouver sa cohésion habituelle et de se structurer. D’ailleurs, peu de monde est venu à la réunion prévue mercredi dernier pour jeter les bases d’une organisation de toutes les composantes de l’UMMTO en vue d’insuffler une dynamique au mouvement révolutionnaire du 22 février, comme l’avaient laissé entendre les initiateurs de ce regroupement". Le Soir d'Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article