Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Par Abed Charef, 28 septembre 2019

Cher ami, L’Algérie vit des moments exaltants. Depuis le 22 février 2019, grâce à une formidable contestation populaire, le pays a réussi une fabuleuse mise à niveau éthique et morale, et a neutralisé le cœur des réseaux de l’ancien pouvoir.

Toi qui as traversé dans l’honneur et la dignité les terribles années 1990, puis l’humiliante ère Bouteflika, tu mesures pleinement le besoin qu’avait le pays de ce sursaut de dignité, et tout ce qu’il représente dans l’histoire que nous vivons. Mais aujourd’hui, il faut aller plus loin, plus vite. Je t’invite à une réflexion sur la possibilité de saisir les opportunités qui s’offrent au pays, et notamment celle-ci : Le peuple peut prendre le pouvoir le 12 décembre prochain.

Une fenêtre de tir unique s’offre à l’Algérie. Certes, la marge est étroite, les délais très courts, les acteurs non préparés, mais la possibilité pour le peuple algérien de reprendre ses destinées en mains, pour construire un Etat de droit, avec des institutions pérennes, à la faveur de l’élection présidentielle du 12 décembre 2019, est réelle.

Une victoire d’un candidat du peuple est possible le 12 décembre prochain, à cinq conditions:

1. Organiser une mobilisation massive autour d’un candidat du peuple, qui défendra un programme consensuel limité : élaboration d’une nouvelle constitution consacrant la séparation des pouvoirs, adoption de nouvelles lois sur les élections, la presse, les libertés, les associations, garantir l’indépendance de la justice, la liberté d’opinion, de la presse et d’expression, et surtout institutionnaliser le pouvoir.

2. Le hirak doit sortir de cette position défensive, radicale, confortable mais improductive. Il est nécessaire d’innover, d’oser de nouveaux horizons, de s’engager dans quelque chose d’inédit. L’heure est venue de prendre les risques que la situation impose. La contestation populaire a permis au pays de réaliser une formidable avancée, mais cette contestation se cantonne dans le refus. Elle doit passer à une autre étape, celle de l’élaboration d’un projet consensuel.

3. Accepter de mettre de côté tout ce qui est clivant, source de divergences, pour se consacrer à ce qui est fondamental. Quand elle était à son apogée, la contestation populaire avait des revendications consensuelles auxquelles il est nécessaire de revenir. Autrement, le hirak perdra irrémédiablement de sa force morale et politique.

4. Envisager de construire un projet avec l’armée, pas contre l’armée, ni sans elle. Vouloir imposer un projet contre la volonté de l’armée n’a pas de sens. Le faire sans elle est risqué. L’armée a montré de réelles dispositions, même si, par moments, elle privilégie son propre agenda, avec des choix qui entravent la construction d’un projet démocratique. Mais une convergence entre agenda de l’armée et volonté populaire est possible.

5. Une disqualification des candidatures éventuelles du pouvoir et celles, parasites.

Si le peuple a un candidat, aucun postulant du pouvoir ne pourra remporter l’élection présidentielle sans une fraude massive. Dans la conjoncture actuelle, organiser une fraude massive comme c’était la tradition, c’est déclarer la guerre au peuple, ce que l’armée ne peut pas faire. Ce serait trop risqué.

Battre le candidat du pouvoir

Les candidats du pouvoir sont aujourd’hui trop disqualifiés pour espérer remporter la présidentielle du 12 décembre. Il n’y a pas un candidat écrasant, ni un appareil électoral capable de garantir une victoire.
Prenons le cas de M. Abdelmadjid Tebboune, présenté comme un potentiel candidat du pouvoir. Il n’a pas de base électorale, pas de parti à sa disposition, pas d’appareil électoral, peu de réseaux, si ce n’est ceux de l’ancien pouvoir. Il n’a aucune chance de remporter la présidentielle s’il ne bénéficie pas d’un appui massif de l’administration et des réseaux d’allégeance.
Une forte mobilisation autour d’un candidat du peuple peut neutraliser, sinon détruire ce soutien en faveur de M. Tebboune. En tout état de cause, l’armée ne peut valider une option Tebboune si une alternative populaire est présente. La victoire de M. Tebboune ne serait possible que par défaut, avec l’absence d’une candidature populaire et le rejet des autres candidats.
L’idéal serait que le peuple désigne son candidat avant le dépôt des candidatures. Il serait alors possible de demander aux candidats potentiels de l’opposition de s’abstenir, pour laisser le candidat du peuple seul face à celui ou ceux du pouvoir. Ils pourraient même être associés à la victoire.

Une autre stratégie

Prendre le pouvoir exige une nouvelle stratégie. C’est là que réside la difficulté. Il faut aller à la conquête du pouvoir, non se contenter de recenser les tares du système, les erreurs du gouvernement et les défaillances dans la gestion. Il faut passer à une stratégie qui permette d’acculer les réseaux d’allégeance, les réduire à la défensive, les assiéger pour neutraliser leur capacité de nuisance ; une stratégie qui oblige aussi les alliés éventuels du peuple à se démarquer, à s’aligner sur ses revendications et à s’engager avec lui.
Il n’est pas nécessaire d’amener l’armée à une abdication politique. Ce serait même dangereux. Il s’agit d’adopter une démarche que l’armée ne pourra qu’accompagner, car ce sera celle de la raison, du consensus, du patriotisme.
A contrario, adopter des attitudes inutilement agressive envers l’armée et son commandement, véhiculer des slogans insultants, développer des comportements hostiles sans autre but que de prouver son radicalisme, ne mène qu’à l’incompréhension, source de malentendus et de conflits aussi inutiles que destructeurs.

Tout plaide pour que cette démarche soit possible. Pourtant, je suis pessimiste. Ou plutôt sceptique. Pour cinq raisons :

1. L’absence de maturité des acteurs politiques. Beaucoup de personnalités, de partis, d’hommes d’influence, n’arrivent pas à classer les priorités, à distinguer le fondamental du secondaire, à établir cette différence fondamentale entre stratégie et tactique. Beaucoup s’attachent à des revendications secondaires partielles, partiales, au détriment de ce qui est fondamental.

2. Des acteurs politiques seront contre cette démarche parce qu’elle signerait leur déclin, voire leur fin. Beaucoup d’acteurs politiques d’aujourd’hui ne vivent que par la crise, par ses effets, par les faux débats et les faux conflits qu’elle génère. La poursuite de la crise leur offrirait une visibilité qui serait impossible si le pays entrait dans une nouvelle ère.

3. Des intérêts non nationaux, des stratégies non nationales, se sont greffés sur la crise actuelle. Des acteurs politiques algériens, partis, personnalités, s’inscrivent clairement dans des agendas non algériens. Une solution nationale à la crise les pénaliserait.

4. Le manque de confiance, la suspicion, la peur, paralysent les acteurs politiques. Nombre d’hommes d’influence admettent, en privé, qu’il est possible d’opérer, de faire autrement, mais ils n’osent l’exprimer publiquement, de peur d’être pris à partie par la masse. C’est le résultat terrible de l’ère Bouteflika où la moindre velléité de faire avancer le débat déclenche une avalanche de critiques et d’insultes, particulièrement sur les réseaux sociaux.

5. Nombre d’acteurs politiques ont des agendas incompatibles avec la sortie de crise. Il y a ceux qui veulent accéder au pouvoir, ceux qui veulent participer au pouvoir, ceux qui veulent négocier leur place avec ou au sein du pouvoir, ceux qui vivent de la rente qu’offre leur position envers le pouvoir, etc. Tout ce monde a des agendas qui peuvent être mis mal par une démarche sérieuse de sortie de crise. Ils redoutent qu’une démarche osée pour une sortie de crise perturbe leur agenda.

Cher ami,

Je sais que la démarche générale au sein du hirak est de refuser la présidentielle du 12 décembre. Je sais que les conditions posées pour aller à la présidentielle ne sont pas toutes réunies. Je sais également que ce n’est pas la solution que tu préconises. Je sais que le fond et la forme sont totalement imbriqués.
Je suis cependant convaincu que le peuple peut envisager de détourner à son profit cette opportunité, du moment que le cap vers la démocratie, l’Etat de droit, les libertés, l’indépendance de la justice et de la presse, est maintenu.

Source : Le blog de Abed Charef

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mellah hocine 04/10/2019 23:01

Distinguer une prise de pouvoir et une démarche démocratique avec tous ses atouts reste le préalable majeur de l'application des art 7 et 8 de la constitution. Se présenter ou présenter un candidat dans de telles conditions et avec les mêmes figures d'un systeme corrompu et corrupteur , en sus d'une ambiance militariste , ne rentre pas dans l'agenda du "hirak" .
Les préalables pour une élection propre , transparente et honnête ne sont pas assurés car un climat serein doit prevaloir . L'option d'une participation telle que développée par l'auteur reste , tout simplement une usurpation pas tres claire puisque l'auteur demande au hirak d'appliquer la feille de route ou l'agenda du systeme.
L'option la plus démocratique et la plus a meme de permettre un changement radical du systeme passe inevitablement par l'élection d'une assemblée nationale constituante qui definira les contours d'une nouvelle République et suivra une election presidentielle en accord avec la nouvelle constitution.