Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

"Changer ou périr, voici l’alternative qui s’offre aujourd’hui au haut commandement militaire algérien en butte à l’hostilité d’une majorité de la population qui manifeste chaque vendredi" écrit Nicolas Beau ce matin sur son site Mondafrique.

En sous-titrant  " Vers un saut de génération" il affirme : "Seul sans doute un saut de génération au sein même de l’institution militaire, il est vrai amorcé, permettra de dépasser l’antagonisme qui s’est installé entre l’armée et le peuple, source de graves périls pour l’Algérie".

Cette séquence ANP avait commencé le 11 septembre. Sous le titre  "Gaïd Salah, le protégé de Poutine"? Beau affirmait : "Poutine mise sur l’étranglement de la contestation par les généraux algériens, dans l’espoir d’implanter durablement la Russie en Méditerranée occidentale". Le lendemain 12 septembre sous le titre "Algérie, un risque réel de confrontation entre l’armée et le Hirak", Nicolas Beau écrit : " Certains rappellent qu’en 1995 et alors que l’Algérie, menacée par une guerre civile, connaissait alors une situation très tendue, des élections présidentielles avaient été organisées par l’armée qui avait décrété préalablement l’état d’urgence".

Le 19 septembre, il annonce : "Algérie, un possible retrait en douceur de Gaïd Salah". Il offre une révélation :  ""Un scénario étudié au sein de l’armée reviendrait à écarter, avec son accord, l’actuel chef d’état major, Gaïd Salah, qui cristallise sur son nom le rejet grandissant des manifestants du Hirak. Les quelques vingt à trente hauts gradés qui autour de Gaïd Salah, le vice ministre de la Défense et le « primus inter pares » de l’institution militaire,, dirigent effectivement l’Algérie, ont conscience de la mauvaise image de leur chef." Dans le secret des Dieux, Il annonce même deux successeurs possible à Gaïd Salah:  "le général major L", et  "le général H"...

Qui est Nicolas Beau?

C'est dans le même univers interlope de la "communauté du renseignement" qu'évoluent Nicolas Beau et son compère Abdou Semmar, lui aussi  spécialiste des révélations confidentielles sur l'Algérie, fournies par les gens du renseignement. Dans son  livre, Les Beurgeois de la République (Seuil), Nicolas Beau évoquait l'apport financier d'Alexandre Djouhri : 400 000 euros en 2010 pour éponger les difficultés financières du site Bakchich qu'il dirigeait alors. L'accord fut conclu à l’hôtel Bristol en présence de Bernard Squarcini, patron des services secrets sous Sarkozy. Grains de sable, les journalistes ont refusé cette compromission, et le site ne tardera pas à fermer. Mondafrique naîtra des décombres de Bakchich. Le nouveau site reconnaissant défendra coûte que coûte la réputation de son bienfaiteur Alexandre Djouhri.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article