Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

On vit toujours sous le règne de Bouteflika à la wilaya d'Alger

26 semaines après le déclenchement du mouvement citoyen le Wali d'Alger refuse d'autoriser la tenue de la Conférence nationale des étudiants qui devait  réunir, demain samedi 17 août, 650 militants de deux des coordinations qui ont mené les marches étudiante des mardis.

Cette interdiction suit de près le refus du même Wali d'autoriser une rencontre pour le même jour entre la société civile et des partis politiques.

 

"Le hirak doit s’organiser et se poursuivre"

 

Le coordonnateur national de la Confédération des syndicats (CSA) Lyes Merabet n’écarte pas un retour à la protestation à partir de la rentrée sociale pour « soutenir » le mouvement populaire.

« En tant que syndicats autonomes : nous devons revenir à la base à travers les conseils nationaux et de wilayas qui seront organisés au niveau de chaque syndicat pour prendre des décisions, mais le choix d’un retour à la protestation n’est pas à écarter en raison du processus actuel que nous n’avons pas souhaité, et donc il faut mettre davantage de pression sur le pouvoir réel pour des solutions qui satisferont le peuple », a soutenu le Dr Merabet dans un entretien à TSA Arabi, publié ce mercredi.

le coordinateur national de la Confédération des syndicats algériens (CSA), réclame aussi « la levée des pressions sur les médias et le hirak ». « Le hirak doit se poursuivre même après l’élection d’un nouveau président de la république », a-t-il plaidé.

« Je suis parmi les personnes qui soutiennent que le hirak doit s’organiser et se poursuivre pour accompagner les réformes qui seront lancées après l’élection d’un nouveau président de la république et garantir un changement pacifique du régime et concrétiser les revendications populaires qui sont posées depuis 7 mois », a-t-il ajouté.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article