Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Le chômage technique touche en juillet plus de 1700 travailleurs du complexe électro-ménager Eniem de Tizi Ouzou. Depuis de longs mois, en effet, un "comité d'évaluation" installé au ministère de l'Industrie bloque dans les ports des produits servant à la fabrication des appareil ménagers par cette entreprise publique. Un nouveau "comité d’évaluation technique" a été installé aujourd'hui.

"Il est composé de nouveaux membres expérimentés », a expliqué Mustapha Hamoudi, le directeur général du développement industriel et technologique au ministère de l’Industrie, dans un entretien accordé à l’agence officielle APS*. M. Hamoudi a fait savoir que le nouveau comité « ne pouvait pas cautionner des décisions prises par d’anciens membres concernant certaines entreprises. Donc, pour plus de rigueur, il a fallu revisiter certaines décisions, même si elles étaient prêtes ».

 Citant le cas de la fabrication des téléviseurs où l’intégration nationale était plus aisée, il a expliqué qu’avec le développement de la technologie les téléviseurs, dont épaisseur ne dépasse plus cinq centimètres, arrivent en Algérie en « boîtes fermées », rendant difficile toute implication de la sous-traitance locale.

 Selon lui, étant donné que le marché national de l’électroménager est « très réduit » pour contenir autant d’entreprises, le ministère de l’Industrie et des Mines est en train de réfléchir sur « l’ouverture de nouvelles perspectives et la mise en place de procédures permettant aux firmes d’augmenter leur production et d’aller vers les marchés extérieurs ».

« Une usine comme ENIE, faite pour produire des millions de téléviseurs, n’en produit que 50.000 annuellement, alors qu’on est la porte de l’Afrique et à proximité de l’Europe qui s’approvisionne des pays de l’Europe de l’est et de la Chine, en dépit des grand coûts de la logistique. Donc, notre objectif est d’arriver à permettre à nos plateformes à produire des produits sous d’autres marques internationales et les exporter vers l’étranger », a-t-il expliqué.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article