Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Slim Othmani et les autres porte-paroles du patronat augmentent la pression pour accélérer le rythme des "réformes" néolibérales, leur donnant notamment les coudées franches dans la gestion du marché du travail. De son côté, le monde du travail envoie ses propres signaux. A Msila des ouvriers se battent pour sauver leur emploi en empêchant le patron de délocaliser à la sauvette les machines et le matériel. "l’usine a tous les atouts de continuer à tourner à plein régime”, disent les représentants des ouvriers. Pendant ce temps, les chômeurs de la wilaya d'Adrar continuent d'occuper l'espace public pour contraindre les compagnies mixtes algéro-étrangères de pétrole et de gaz à modifier leur politique de recrutement, et pour exiger que l'agence ANEM joue son rôle.

 

Fermeture d’une usine de charpente métallique à M’Sila

Mobilisation des ouvriers pour sauver leurs emplois

Par Chabane Bouarissa, 11 juillet 2019

 

Voilà plus d’une semaine que les travailleurs d’une usine de fabrication de charpente métallique (Castel Andy Steel) appartenant à un privé, fermé par son patron, luttent pour sauver leurs emplois.

Lundi, face à l'éventualité d'une délocalisation de l'usine, ils ont organisé un sit-in permanent devant l’usine située à Draâ El-Hadja, pour inverser le rapport de forces et empêcher le patron d’emporter les machines et le matériel qui se trouve à l’intérieur. La radicalité ouvrière, devant le désespoir imposé encore une fois par la déstructuration d’usines, s’exprime cette fois à M’sila, où selon les témoignages recueillis sur place, les employés ont décidé d’occuper les lieux H/24 pour empêcher le propriétaire de vider l’usine.

“Nous refusons d’être renvoyés chez nous alors que l’usine a tous les atouts de continuer à tourner à plein régime”, disent les représentants des ouvriers qui se demandent pourquoi, en 2018, le patron a recruté de nouveaux ouvriers pour atteindre le chiffre de 250 ? “Pourquoi il ferme l’usine alors qu’il vient de bénéficier en ce début 2019 d’un prêt pour une autre unité de production ?”, se demandent les ouvriers qui se disent prêts à continuer la lutte pour sauver leurs emplois. Nous avons essayé de rencontrer le patron. En vain. L’usine est fermée.

 Source : Liberté

Protestation des chômeurs à Adrar

Par H. A., 11 juillet 2019

Alors que les renforts sécuritaires n’ont pas quitté la région, placée sous haute surveillance depuis la montée au créneau des chômeurs, une trentaine de manifestants ont repris le chemin du complexe gazier de Oued Zine, situé à 80 km d’Adrar.

Ces derniers déplorent les promesses non tenues des autorités locales et de la commission ministérielle dépêchée sur les lieux pour apaiser la situation et permettre de rouvrir les accès vers les complexes gaziers de la wilaya d’Adrar, représentant 30% des exportations algériennes de gaz vers l’Europe. L’isolement des complexes de Hassi Barouda, près de Timimoun, et de Oued Zine pendant une dizaine de jours a contraint les autorités à descendre sur le terrain et écouter les doléances des jeunes chômeurs.

Sous un soleil de plomb et des températures maximales, ces derniers entendaient convaincre le wali et la délégation ministérielle du bien-fondé de leurs revendications, l’embauche passerait par des circuits empreints de clientélisme et de favoritisme, expliquent-ils. Cette situation, qui a créé une forte tension avec l’installation durant plusieurs jours d’une kheima sur le bord de la route menant aux deux complexes, a envenimé le dialogue entre la population et les représentants de Sonatrach. L’Anem, vitrine de l’emploi local, chargée du dispatching des postes, est pointée du doigt dans tous les cas de figure.

Source : El Watan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article