Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Pour les habitants : « Il n’y a plus de confiance. » Ils ont donc décidé de rester sur les lieux en réimplantant une tente géante à l’entrée de la commune de Debdeb, jusqu’à l’arrêt total des opérations et le départ de tous les employés, nous ont-ils déclarés. Selon un cadre de Sonatrach, le forage de l’ENTP, visant à prélever de l’eau souterraine, tandis que l’Enafor est chargée de la fracturation hydraulique avant de céder le champ à l’entreprise multinationale Schlumberger, chargée de l’aspect technique de la fracturation, qui poursuivra les opérations.

 

Par Ghellab Chahinez, 26 juin 2019

Malgré le démenti du ministre de l’Energie Mohamed Arkab, concernant l’existence de forages d’exploitation de gaz de schiste sur le territoire de la wilaya d’Illizi, rapporté par le député d’Illizi Madoui Laïd, les habitants de cette petite localité perdue dans l’extrême Sud, à proximité des frontières avec la Libye, étaient bien convaincus qu’il s’agit bien de forages de gaz de schiste. « Le ministre nous a menti, honte à lui. Ce pouvoir est prêt à tout pour mettre sur pied ses projets de destruction du Sud et de ses sources», ont lancé à la presse les habitants en colère.

Pour se rattraper, une commission a été dépêchée, dimanche matin, chargée de discuter avec les habitants en vue de les convaincre de laisser se poursuivre les travaux de forage. Composée du directeur de l’énergie et des mines d’Illizi et des cadres de Sonatrach, la commission a tenté d’expliquer aux représentants des habitants que l’activité des forages n’est qu’en phase d’exploration. « Il ne s’agit pas encore de gaz de schiste, rien ne le confirme », ont lancé les membres de la commission. Pour rassurer la population, ces derniers ont demandé la composition d’un groupe de citoyens et de spécialistes dans le domaine pour le suivi des opérations au niveau des forages.

Mais les habitants, ont rejeté cette proposition. Pour eux, il s’agit bien de l’exploitation du gaz de schiste et cela a été «confirmé par les responsables des forages, eux-mêmes », ont-ils répondu avant de rejoindre leur tente de protestation à l’entrée de la commune de Debdeb.

En effet, la confirmation est venue de l’entreprise elle-même. Les responsables des chantiers de forage pointés ont affirmé qu’il s’agit bien de la fracturation hydraulique, dans une rencontre tenue vendredi 21 juin avec les jeunes habitants protestataires de la commune de Debdeb, notamment la localité de Oued Moulay, en sit-in ouvert depuis une semaine, au niveau du carrefour menant vers les installations de Sonatrach. Cette rencontre s’est déroulée le soir en présence des élus de l’APC de Debdeb et du chef de brigade de la gendarmerie.

Les cadres des forages sont intervenus après avoir été privés de nourriture et d’eau, suite à la confiscation des camions transportant des denrées et de l’eau qui leurs sont destinés. Ces derniers ont révélé avoir averti la direction centrale sur les protestations des habitants contre l’exploitation de ce gaz non conventionnel et qu’ils attendent les instructions pour quitter les lieux, puisque les opérations sont suspendues depuis le début des protestations. Entre temps, les cadres de Sonatrach ont demandé aux habitants de libérer les camions pour qu’ils puissent avoir de l’eau et de la nourriture jusqu’à ce qu’ils quittent les lieux. Ce qui a été accordé le temps de préparer leur départ.

Le samedi matin, et pour veiller à l’application de cet accord, le chef de daïra de In Amenas, accompagné d’un grand renfort de gendarmes et de forces antiémeutes, s’est rendu au lieu de rassemblement des jeunes protestataires, dans la localité de Oued Moulay, à proximité des forages de gaz de schiste, pour assurer l’ouverture de la voie vers les deux forages, afin de fournir de l’eau et de la nourriture aux employés qui sont restés puisque certains ont déjà quitté les lieux de travail, comme il a été convenu, vendredi soir, lors de la rencontre des habitants et des responsables des chantiers de Sonatrach. Le chef de daïra tente de rassurer les manifestants en affirmant que les opérations sont paralysées au niveau de tous les forages et ce, depuis le début des protestations. Des instructions pour déplacer les chantiers en réponse aux revendications de la population sont attendues dans les jours à venir, ajoute ce dernier.

Pour les habitants : « Il n’y a plus de confiance. » Ils ont donc décidé de rester sur les lieux en réimplantant une tente géante à l’entrée de la commune de Debdeb, jusqu’à l’arrêt total des opérations et le départ de tous les employés, nous ont-ils déclarés. Selon un cadre de Sonatrach, le forage de l’ENTP, visant à prélever de l’eau souterraine, tandis que l’Enafor est chargée de la fracturation hydraulique avant de céder le champ à l’entreprise multinationale Schlumberger, chargée de l’aspect technique de la fracturation, qui poursuivra les opérations.
 (...)

Source : Reporters-dz

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article