Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Texte intégral

Sur la voie de la légalité constitutionnelle

Juin 2019

L’intense programme des visites de travail et d’inspection effectuées par le vice-ministre de la Défensenationale, chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah dans les différentes Régions militaires comprend la supervision de l’exécution d’exercices démonstratifs avec utilisation de différentes armes.

Ces exercices, simulant des scénarii proches de la réalité, ont atteint les objectifs attendus, démontrant le haut niveau de préparation des unités de l’Armée nationale populaire ainsi que leur disponibilité opérationnelle permanente à faire face et à repousser toute agression en toutes circonstances. Le succès de ces exercices reflète les hautes compétences des éléments des unités engagées ainsi que leur maîtrise des différentes armes sophistiquées en service au sein de l’ANP.

Pendant que l’ANP, à travers les réalisations et acquis enregistrés dans nombre de domaines, démontrait qu’elle appliquait avec succès la stratégie de développement et de modernisation adoptée par son Haut commandement, en droite ligne d’une vision prospective et éclairée qui a nécessité, ces dernières années, la mobilisation de forces et de moyens conséquents afin d’assurer la surveillance, la défense et la protection des frontières contre toute tentative d’atteinte à notre intégrité territoriale, il apparaît évident aujourd’hui que l’acquisition par notre Armée nationale populaire des éléments de la modernité et des facteurs de la puissance dissuasive dérange certaines parties qui ne s’attendaient pas à ce qu’elle puisse atteindre un tel niveau et en si peu de temps. Le général de corps d’armée a situé avec précision les visées et objectifs de ces derniers, en affirmant : «Le ressentiment qu’ils nourrissent à l’égard de l’armée et de son Commandement a fait que ces avancées enregistrées par notre armée dans plus d’un domaine les dérangent véritablement, au point de les pousser à des actions aux objectifs clairs, à savoir tenter d’affaiblir l’armée et de faire barrage à cet effort de développement, ignorant que celui qui se dresse sur le chemin de l’ANP et de son Commandement se dresse nécessairement contre les intérêts de l’Algérie.»

 En pareille crise complexe que traverse notre pays, l’intérêt de la nation, comme l’avait souligné le Haut commandement de l’ANP dès le début, est d’opter pour la voie du dialogue sérieux, fructueux et constructif et d’aller, dans les plus brefs délais, vers la recherche de solutions adéquates, à même d’éviter à notre pays de verser dans des futilités qui rendraient la situation encore plus complexe et couperaient définitivement la voie à la période de transition qui ne pourrait que conduire à une situation encore plus difficile à maîtriser.

Parallèlement à la nécessité d’engager le dialogue sur la base de ce qui a été précédemment défini, il importe d’entourer les dispositions en rapport à cette démarche par des instruments constitutionnels adéquats que sont la Constitution et l’installation de l’instance indépendante chargée de l’organisation et de la supervision des élections entant qu’outil légal garantissant le déroulement d’élections présidentielles libres, intègres et crédibles. Ce qui éviterait à notre pays de se retrouver dans une impasse. La position de notre institution qui est que la solution à la crise passe impérativement par l’option de la légitimité constitutionnelle qui permettra au peuple l’exercice de son droit à élire le président de la République dans les plus brefs délais, et avant cela convier à la table du dialogue des personnalités nationales et des élites sincères et fidèles à la patrie afin de trouver une issue favorable qui satisfasse l’ensemble, découle la conviction de l'institution de veiller à la continuité de l’Etat et de son attachement aux engagements qu’elle a exprimés, en de maintes occasions, d’accompagner le peuple algérien et les institutions de l’Etat et de faire échec à tous les scénarii aux néfastes desseins. Bien plus, la conviction en la nécessité du dialogue entre les fils de la patrie une et indivisible et à ce que ce dernier soit la priorité, en cette conjoncture précise, est de nature à économiser du temps en réduisant la durée de la crise, comme elle donnera lieu à la proposition d’initiatives sérieuses de sortie de crise et, par la même, permettra de neutraliser toute proposition destinée clairement à faire perdurer la crise.

Aujourd’hui, et plus que jamais, les intentions malveillantes et les plans diaboliques, les dépassements outranciers et dangereux de certaines parties qui, suivant la logique des bandes, cherchent à abuser l’opinion publique, les tentatives désespérées de susciter le doute sur toute initiative nationale crédible à même de mener vers une véritable sortie de crise, à travers l’utilisation immorale des médias, qu’il s’agisse de journaux ou de supports audiovisuels, pour construire des scénarii farfelus et distiller des mensonges venimeux, des informations erronées ou falsifiées, n’ont d’autre but que de voir la situation perdurer, voire s’aggraver. Cet état de fait requiert, comme l’a souligné le général de corps d’armée Ahmed Gaïd salah lors de sa dernière visite en 6eRégion militaire : «... La mobilisation de tous, chacun dans son domaine de compétence et dans la limite de ses responsabilités, notamment dans le secteur de l'information à travers toutes ses branches, au service de l'Algérie, car l'information se doit d'être le miroir qui reflète les revendications réelles du peuple algérien et sa voix sincère qui relate les vérités et communique ses revendications, sans déformation ni falsification et sans instrumentalisation à des fins autres que les intérêts du pays, car les intérêts matériels ne peuvent en aucun cas se substituer à la nation, puisqu'ils finiront par disparaître, tandis que l'Algérie demeure.»

La crise que traverse notre pays aujourd’hui impose que ses fils loyaux et jaloux de leur patrie, préoccupés par son présent et son avenir, apportent tout ce qui est attendu d’eux comme contribution sérieuse et sincère de nature à trouver une solution qui aura l’assentiment et qui sera adoubée par tous. L’importance de cette démarche a été clarifiée par le général de corps d’armée qui a déclaré : «Notre confiance en notre peuple est grande et en Allah l’est encore plus, afin d’assister notre Armée nationale populaire dans l’accompagnement des fils de notre patrie lorsqu’ils présenteront leurs propositions constructives comme le requiert le noble devoir national et l’Histoire retiendra tout effort ayant contribué à trouver une sortie saine à la crise en Algérie.»

Enfin, il est important de rappeler que seul le dialogue est à même d’ouvrir la voie à une issue légale et constitutionnelle garantissant l’organisation des élections présidentielles le plus rapidement possible, tant il est vrai que les discussions stériles et infructueuses ne sont que perte de temps et d’occasions pour l’ouverture d’un dialogue véritable et sincère, fait de concessions réciproques, qui rapprocherait les points de vue au service de l’intérêt suprême du pays et la satisfaction davantage de revendications exprimées par le peuple. Cette aspiration participera au renforcement de la cohésion du peuple ainsi que la conjugaison des efforts de tous, garantissant au pays de poursuivre sa marche vers le développement dans un climat de sécurité et de stabilité.

Source : MDN-dz

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Safiya 08/06/2019 19:59

Y'a kek chose qui va pas. Depuis le 22 mars, une majorité d'Algériens et d'Algériennes bat le pavé tous les vendredis demandant le départ des résidus des serakin li klaw lebled, yetna7aw ga3 disent-ils(-elles), makanch intikhabat ma3a l3isabat rajoutent-ils(-elles)et pas plus tard qu'hier, vendredi 7 juin, pour la 16e fois, j'ai de mes propres oreilles entendu crier : makanch 7iwar ma3a l3isabat, clair, net et hautement audible...
Là, j'ai, avec minutie et autant de courage, lu de la première à la dernière ligne l'éditorial du MDN, je ne puis en dire qu'une chose : ma3za walaw ttârat qui a tout du cercle vicieux. Dialoguer oui mais avec qui ? Faire des concessions oui mais à qui ? Allah Yahdi ma Khalaq !