Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

L'équipage du “Tarik Ibn-Ziad” a débrayé le 13 mai dernier. Photo DR

L'équipage du “Tarik Ibn-Ziad” a débrayé le 13 mai dernier. Photo DR

Protestation hier des travailleurs de l’Entmv

Par Amar Rafa, 21 mai 2019

Quelque 400 travailleurs de l’Entreprise de transport maritime de voyageurs (Entmv), Algérie Ferries, ont tenu hier un rassemblement devant le siège de la direction de l’entreprise, attenant au port d’Alger, pour demander le départ du président-directeur général de l’entreprise et signifier le soutien au mouvement populaire. 

“Depuis dix ans, notre entreprise cumule des dettes de développement et des dettes d’exploitation, et en même temps, elle accuse un bilan négatif, soit un déficit de 287 milliards de centimes. Donc les travailleurs s’inquiètent quant à la situation financière de l’entreprise. Et après le rassemblement, le président-directeur général, Hacene Gueraïria, voulait négocier, mais pour nous, c’est non négociable, parce qu’il y a une mauvaise gestion de l’entreprise. On ne peut pas le laisser encore. Il a mal géré l’entreprise durant plus de dix ans”, a indiqué le secrétaire général du syndicat de l’Entmv, Amar Redjoul.

En même temps que les quelque 400 travailleurs rassemblés, les équipages embarqués à bord de trois navires de transport des voyageurs ont également observé un débrayage, selon la même source. 

L’équipage du “Tarik Ibn-Ziad” a organisé un mouvement de débrayage le 13 mai dernier, en menaçant qu’en cas de non-satisfaction des revendications, et au cas où il n’y aurait pas de changement, ils paralyseraient les trois navires “El Djazaïr”, “Tassili” et “Tariq Ibn-Ziad” la semaine prochaine. Les protestataires ont également fait appel à la tutelle de l’entreprise, à savoir le ministre des Transports, pour faire un plan de sauvetage de l’entreprise, afin de régler le problème des dettes. 

Cependant, les revendications ne se sont pas limitées au cadre socioprofessionnel, mais ont porté aussi sur le soutien au mouvement populaire pacifique. Le problème du cumul des dettes constitue en effet l’un des principaux obstacles qui entravent la réalisation du programme de développement de l’entreprise et a fait l’objet d’une demande de rééchelonnement ou de prolongation des délais de remboursement de la part de son P-DG, M. Gueraïria. Pour avoir de plus amples informations, nos tentatives de joindre la Direction générale de l’entreprise ont été vaines. 

Source : Liberté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article