Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

DR

DR

Il a été limogé par le wali de Mila le 4 mai dernier, parce qu'il avait rendu public un mois auparavant le soutien de la wilaya à la mafia du foncier.  Le maire de Ferdjioua, Hocine Bousefsaf, avait provoqué une rencontre avec les habitants pour leur révéler que depuis le 22 février, de prétendus investisseurs bénéficiaient à un rythme accéléré de terrains programmés pour des équipements publics. Une manière de mettre à profit le climat d'incertitude.

Se disant incapable de s’opposer seul à cette prédation légalisée, Bousefsaf avait alors appelé les citoyens à la rescousse. Il affirmait à K. Bouabdellah le correspondant d'El Watan : «Ce sont des agissements de mafia, sinon comment expliquer que des pseudo-investisseurs soient en train de clôturer des champs de blé appartenant à une coopérative agricole sans que la wilaya, avertie pourtant, intervienne ?».

Bras de fer entre le wali de Mila et le maire de Ferdjioua : La population prend le parti de l’édile municipal

Par K. Bouabdellah, 14 mai 2019

Des dizaines de citoyens de la commune de Ferdjioua, à l’ouest de Mila, ont exprimé, dimanche, leur soutien au maire de la commune, Bousafsaf Hocine, limogé en milieu de semaine passée par le wali. Les citoyens ont bloqué l’accès au bâtiment municipal en cadenassant les portes et en scandant des slogans hostiles au wali.

«Wali dégage», «Le départ du wali est un préalable au décollage du développement à Ferdjioua», sont certains des nombreux messages consignés sur les banderoles brandis par les habitants. Ceux-ci affirment, par ailleurs, que le wali «est en train de brader le foncier public de la commune au profit de la mafia locale du foncier».

D’ailleurs, c’est cette même accusation que le maire Bousfasaf ne cesse de reprocher au wali depuis le début du hirak. Dans une récente déclaration à El Watan, Bousafsaf affirmait : «Le wali a accordé 13 décisions d’octroi d’assiettes foncières à Ferdjioua, alors que ces lots sont déjà affectés, par l’APC, à des projets communaux.»

Parmi ces projets, Bousafsaf avait cité ceux d’une école primaire, d’une annexe administrative et d’un cimetière. Rappelons que les soutiens du maire comptent radicaliser leur mouvement si ce dernier n’est pas rétabli dans ses droits de chef de la commune.

Source : El Watan

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article