Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Avril 1970 : au trentième anniversaire de la mort de Cheikh Abdelhamid Ben Badis, les communistes à l’origine de "youm al ’ilm". Par Sadek Hadjerès

 

En cette journée du combat étudiant et d"espoir national,  pour le succès du Mouvement de libération populaire HIRAK, c'est le coeur gonflé de fierté pour notre jeunesse patriotique et démocratique que je republie ce texte datant du 16 avril 1970. L'appel à faire de cet anniversaire une journée de Youm al Ilm  avait été alors réprimé sévèrement par le pouvoir en place.

Il confirme combien est nécessairement  long et tenace le combat de notre peuple pour s'efforcer de lier dans la même lutte l'unité d'action pour  les objectifs patriotiques, démocratiques, sociaux et culturels.

Sadek Hadjerès, 16 avril 2019

 

En avril 1970, le centième anniversaire de la naissance de Lénine était célébré dans le monde entier. La revue idéologique et culturelle du PAGS "Révolution socialiste" avait consacré une grande place à cet évènement, non dans le style dithyrambique, mais en s’efforçant de saisir le sens de son œuvre et ses conséquences sur l’évolution mondiale.

Sur mon insistance, l’article principal fut rédigé par le regretté Aziz Belgacem, qui s’en tira aussi bien que dans ses activités pratiques et d’organisation où je ne souhaitais pas qu’il reste confiné.

Dans le même temps, 1970 coïncidait avec le trentième anniversaire de la mort de Benbadis (1940) et nous estimions que l’image de ce grand homme de pensée et d’action, éminent progressiste et proche de l’action anticolonialiste des communistes en différentes occasions, méritait d’être mieux connue des nouvelles générations qui s’en faisaient une fausse idée.

Car pour certains fondamentalistes et futurs intégristes, il commençait à représenter un "’arabo-islamisme" dans ses aspects les plus conservateurs, certains même l’ont considéré plus tard comme l’inspirateur des courants réactionnaires des années 90.

D’autres progressistes, dans leur conception "laïcarde" empruntée aux faux interprètes des "Lumières" le considéraient également comme un conservateur et antiprogressite du seul fait de ses références islamiques et de sa défense de la langue arabe.

Aucune de ces appréciations négatives ne correspond à la réalité et à l’éminente contribution qu’il a apportée aux progrès du mouvement national.

Aussi le PAGS lui consacra-t-il une brochure publiée en arabe et en français, à la laquelle Bouzid Kouza et Tahar Benaïcha (fin connaisseur de l’islam algérien) ont beaucoup contribué.

À une autre occasion, SOCIALGERIE retracera comment le PAGS, à cette date précise, appela ses militants et sympathisants à faire du 16 Avril 70 une "Journée du Savoir".

L’appel eut un grand retentissement dans les milieux étudiants et universitaires notammnent, cependant que les démagogues du FLN qui faisaient de leur modèle d’arabisation un thème politicien furent complètement pris au dépouvu.

Les bureaucrates du parti unique se rattrapèrent l’année suivante en polluant comme d’habitude chaque initiative positive : leur célébration du 16 avril consista à déverser dans des stands ad hoc des camions de littérature fondamentaliste et à la gloire du système.
Nulle trace de science et de savoir universel.

Adieu Benbadis le patriote humaniste et défenseur du progès social...

Seuls quelques intellectuels et étudiants rattachés aux courants islamistes de Bennabi ou Boukrouh ne sombrèrent pas dans cette mascarade bien que se gardant bien de mettre en valeur les excellentes relations de Benbadis avec les communistes, ce qui demeure à nos yeux l’un des pus grands mérites de cet homme dont le mouvement national reste fier…

La version française de cette brochure ("Révolution Socialiste" -avril 1970) a été retrouvée grâce à un site éducatif et culturel oasisfle.com

Pour lire l’article en ligne socialgerie 2010 - article 193, cliquer sur le lien (…)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article