Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Marnia Lazreag, professeur de sociologie à l’université de New York. Auteure de plusieurs ouvrages sur l’Algérie:

"On ne peut plus nier le fait qu’il y a une nouvelle donne sur le terrain: la présence du peuple dans les espaces publics étaient jusque là interdite. Le mouvement a en fait mis les gouvernants devant un fait accompli : Nous sommes là, c’est à vous de bouger, semble-t-il dire. Comment le gouvernement va bouger est une autre affaire. Ce mouvement exprime une volonté populaire, une rupture psychologique contre la résignation. L’ Algérie sera différente quoiqu’il arrive. car ce mouvement est l’affaire de la troisième génération. Une génération qui s’assume et qui est fière d’être algérienne. J’ai lu une pancarte, posée contre un mur qui disait quelque chose comme: “Pour une fois, je ne veux pas quitter mon pays”. C’est là un grand tournant psychologique chez nos jeunes."

Akram Belkaïd Journaliste et essayiste :

"Les foules disciplinées, civiques et gaies qui marchent, qui continueront de marcher, ne sont pas ”égarées”. Elles ne sont ni crétines ni naïves.  Elles ne sont pas le jouet de « parties » qui conspireraient matin, midi, soir et after à déstabiliser l’Algérie. Il y a chez elles de la maturité et la volonté de préserver intacts les murs même s’il s’agit d’en chasser les propriétaires autoproclamés. Bien sûr, les choses risquent de mal tourner, mais il n’y aura alors aucun maquillage possible. Les responsables seront ceux qui ordonneront d’ouvrir le feu pas celles et ceux qui marchent."

 

Sadek Hadjerès ancien secrétaire général du Pags :

"Les contempteurs du Peuple avec une majuscule, ceux qui le dénigraient, le traitant tour à tour de populace – ghachi-, d’avachi et de résigné. Ceux qui ont douté de lui et lui ont dénié un destin collectif. Ceux qui l’ont infantilisé, divisé, détourné et tenté de l’avilir. Ceux qui persistent dans le mépris au point de vouloir perpétuer un système vomi en lui proposant un cadre en guise de guide. Ceux- la qui par une énième manœuvre ont cru pouvoir l’abuser. Eh bien tous en sont pour leurs frais !"

 

La ballerine Melissa Ziad a posté ce commentaire sur Facebook : «L’art subversif est la forme d’art connue par les sociétés lors de périodes révolutionnaires et destinée à modifier le système en place par l’illustration de ses défauts ou par la promotion de valeurs différentes, voire antagonistes. Une alternative au système dominant peut s’exprimer par la créativité artistique, amorçant ainsi une révolution des modes de pensée. Photo by Rania G. Ranougraphy.»

 

Mohamed Dib. (Ombre gardienne, 1961)

Ne demandez pas
Si le vent qui traîne 
Sur les cimes
Attise un foyer;

Si c’est un feu de joie, 
Si c’est un feu des pauvres 
Ou un signal de guetteur.

Dans la nuit trempées encore, 
Femmes fabuleuses qui 
Fermez vos portes, rêvez.

Je marche, je marche : 
Les mots que je porte
Sur la langue sont
Une étrange annonce. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article