Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

C'est un phénomène qui va crescendo. Des personnalités en solo ou en groupes publient des formules pour la transition. Du côté du régime, la énième "feuille de route" présentée sous la signataire de Bouteflika à quelques semaines de la fin de son mandat ne ne semble exister que par rémanence. Elle est encore défendue dans un combat d'arrière garde par les apparatchik de service. Pendant ce temps, la hiérarchie militaire, qui a repris la main, s'efforce de dénouer la crise sans affronter le mouvement populaire. La technique préférée depuis peu, c'est une sorte de stratégie d'enveloppement à l'égard du peuple en lutte, avec louanges du chef et directive aux FLN et au RND d' encenser les manifestants. Quelle sera la démarche concrète des généraux le 28 avril au moment où l'exercice de la fonction présidentielle sera frappée d'illégalité?

Il faut rassurer l'armée conseille le docteur Khelil, un ancien secrétaire du FFS  : " Pour réussir une transition démocratique, il est intéressant aussi d’aller vers un présidium avec des personnalités crédibles qui vont rassurer le mouvement et l’armée, car, si on va directement vers une élection présidentielle, le régime risque de se régénérer», a déclaré le docteur Khelil, , tout en citant l’exemple de 1992, où le pouvoir n’était pas prêt pour le changement. «C’est pour cela qu’il a procédé à l’arrêt du processus électoral. Il y a eu même des dérapages et on a frôlé l’effondrement de l’Etat».( El Watan).

Traduisons : Le peuple algérien occupe pacifiquement la rue, adopte une attitude citoyenne, des semaines entière, mais le suffrage universel ce n'est pas fait pour lui.

Ce matin on peut lire la même chose sous le plume d'un politologue "réformateur" :"Organiser des élections avant d’avoir changé la donne politique dans le pays et avant d’avoir modifié les conditions du vote n’a guère de sens. Le pays a besoin d’un reformatage politique. C’est un travail long, fastidieux, parfois pénible, mais il est incontournable" ( Blog de Abed Charef)

Quel est l'état d'esprit parmi les manifestants sur ces questions existentielles? On n'a vraiment de réponse à cette question ni dans les médias branchée sur le spectaculaire, ni dans les partis qui n'ont pas dont les canaux de communication avec la population ne sont pas encore débouchés.

Ce matin dans Le Soir d'Algérie, le correspondance à Jijel, Bouhali Mohammed Cherif note " une effervescence politique inhabituelle" depuis plusieurs années", évoquant " une société sortie de sa léthargie après tant d’années de plomb suite au verrouillage du champ politique et les restrictions des libertés" "Certains cafés sont devenus des forums politiques pour échanger les idées entre citoyens , des lieux de rencontres des acteurs du mouvement citoyen qui a relancé le débat sur un certain nombre de questions ayant trait à cette dynamique citoyenne qui a dépassé les acteurs politiques , l’opposition toutes tendances confondues comprises".

A suivre...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article