Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Mokdad Sifi était Chef du Gouvernement en 1994-1995 sous la présidence Zeroual.. Photo DR

Mokdad Sifi était Chef du Gouvernement en 1994-1995 sous la présidence Zeroual.. Photo DR

CONTRIBUTION

 

22 Mars 2019

Le peuple algérien s’est soulevé avec une spontanéité et dans une unité remarquable pour délivrer un message unique et clair : pas de cinquième mandat pour Bouteflika et exigence de la fin du système de gouvernance qui l’étouffe et le méprise depuis l’indépendance, système qui est devenu, ces 20 dernières années, un système mafieux et prévaricateur qui menace l’existence même de la Nation.

Devant la faillite des partis et de l’opposition bâillonnée par un pouvoir oppresseur qui utilisait à son profit toutes les institutions du pays pour perdurer, les citoyennes et citoyens ont fini, par millions, par sortir dans la rue pacifiquement pour mettre un terme à l’arrogance d’une mafia politico-financière qui croyait avoir totalement et politiquement anesthésié le peuple algérien.

Aujourd’hui, le pouvoir commence à s’effriter et cherche à gagner du temps en utilisant toutes les ficelles possibles pour ne pas rendre l’Algérie à son peuple.

Il envoie des émissaires auprès des puissances étrangères, il essaie d’acheter des appuis dans la société civile et, pire, essaye par tous les moyens encore à sa disposition, de diviser le mouvement populaire ou de pervertir ses revendications premières en y introduisant des sujets de discorde, des débats idéologiques et des conflits de leadership.

C’est pour cela qu’aujourd’hui, je voudrais lancer un appel aux forces patriotiques encore capables de tenir tête à la mafia qui veut continuer à nous gouverner, d’obliger le président malade à se retirer conformément à la volonté du peuple et à la Constitution et à laisser les institutions constitutionnelles, encore fonctionnelles, organiser des élections présidentielles dans les délais légaux sous le contrôle d’une Commission Électorale Indépendante issue du mouvement populaire et acceptée par celui-ci. Le peuple pourra choisir enfin démocratiquement un président qui sera le garant du démantèlement du système qui nous a gouvernés jusque-là.

Ce président dissoudra l’Assemblée Populaire Nationale et toujours sous le contrôle de la Commission Électorale Indépendante appuyé par un gouvernement de transition, organisera des élections législatives qui permettront au peuple d’élire ses représentants légitimes. Une fois élue, cette assemblée permettra l’émergence d’un gouvernement d’union nationale qui aura pour tâches principales de mener les réformes économiques nécessaires tout en proposant les révisions et amendements constitutionnels adéquats pour répondre aux aspirations des citoyennes et citoyens.

Cette démarche est, je le pense sincèrement, la seule voie qui évitera l’éclatement ou la déviation du mouvement populaire. Toute autre alternative : conseil des sages, conférence nationale, constituante, comités populaires, conseil de transition, etc, ne fera qu’aviver les dissensions idéologiques qui traversent notre peuple et donnera le moyen à la mafia au pouvoir d’instrumentaliser la religion, la langue ou la région pour détruire ce mouvement populaire unique dans le monde.

Ceux qui veulent représenter le mouvement populaire n’ont qu’à se faire élire par le peuple à travers des urnes transparentes garanties par une Commission Électorale Nationale Indépendante et des observateurs internationaux.

Il nous reste moins d’un mois pour éviter à notre pays le vide constitutionnel et les aventures d’un mouvement populaire divisé dans une situation économique et sécuritaire difficile et ce à la veille du mois sacré de Ramadhan.

Que Dieu préserve notre pays.

TSA-Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article