Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

De toutes celles qui sont présentées sur le marché, la feuille de route de Omar Aktouf est sans doute la plus simple : il faut amputer docteur.

A la veille des élections présidentielles, en mars 2014, Omar Aktouf préconisait déjà dans El Watan "l’amputation rapide et à vif" appelant l'ANP "à stopper tout" et à instaurer "un pouvoir de salut public" aboutissant  à une deuxième république. Ce matin toujours dans El Watan, l'économiste retouche son scénario pour tenir compte de la réalité d'un peuple en mouvement. L'ANP reste toujours le moteur du changement et charge un "groupe d'officiers intègres", de conduire vers une seconde République, mais on lui adjoint des représentants de la "vox populi" et des "sages".

 

19 mars 2014

"Notre pays n’en peut tout simplement plus. Les temps de l’amateurisme et des incompétences boulimiques ont atteint leurs ultimes limites. Il y a péril imminent en la demeure Algérie.

Il faut absolument que l’unique institution qui en est capable, notre armée, «stoppe tout» immédiatement et convoque en urgence une Assemblée constituante en règle (la Tunisie vient d’en recueillir les fruits, pourquoi pas nous ?) représentative de toutes les tendances politiques, ethniques, régionales… de toute l’Algérie, de tous ses recoins, et veiller à ce qu’elle aboutisse à une seconde République largement appuyée sur le peuple et la société civile, et non pas sur des groupes de pression, de forces ou d’influences instituées telles que la religion, l’argent, la propriété, les clercs de service…

C’est là le scénario de salut public algérien que je privilégie depuis toujours et que je réclame depuis des années : tout effacer et reprendre à zéro ; seule l’amputation rapide et à vif peut venir à bout de la gangrène".

Une urgente seconde République et un légitime pouvoir de salut public !

 

19 mars 2019

"Ce que je vois de plus faisable, concrètement et dans l’immédiat (avant d’entrer dans un processus tel que celui de la «feuille de route» que j’ai proposé dans mon dernier texte paru dans El Watan du 10 mars) : notre ANP pourrait s’entendre sur (1)la désignation d’un groupe d’officiers à intégrité et compétences indiscutables, groupe qui (2) avec l’appui de la vox populi (réseaux sociaux, «leaders» de manifestations), de représentants des vraies forces de l’opposition (partis irréprochables, syndicats autonomes…) et (3) d’un «comité de sages» parmi les personnalités «historiques» ou «publiques», «intellectuels»… indemnes de toutes connivence avec le «système» pour aboutir au plus vite à (4) la constitution d’un gouvernement d’urgence nationale (dont aucun membre ne devrait être soupçonné de la moindre accointance passée ou présente avec le «système»), lequel gouvernement (5) mettrait sur les rails le processus de la feuille de route sur laquelle il semble y avoir large consensus : le chemin vers une seconde République !

Aucun Algérien n’est dupe : halte aux manœuvres de diversion !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article