Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Celya Benyahia est étudiante en architecture et membre du club “Nomad”. Photo DR.

Celya Benyahia est étudiante en architecture et membre du club “Nomad”. Photo DR.

 

Propos recueillis par Imène Amokrane, 10 mars 2019

Pour mettre un terme au mouvement de protestation contre le 5e mandat dans les universités, le ministère de l'Enseignement supérieur a décrété les vacances scolaires avant l’heure. Dans cet entretien express, Celya Benyahia, étudiante en fin de cycle à l'École polytechnique d'architecture et d'urbanisme (Epau), et membre actif du club estudiantin “Nomad”, réagit à la décision de Tahar Hadjar.

Liberté : Comment avez-vous appris la nouvelle des vacances universitaires décrétées avant l’heure ?
Celya Benyahia. À vrai dire, cela ne nous a point étonnés. Nous nous attendions à une telle réponse de leur part, car nous sommes persuadés que les mouvements estudiantins leur font peur. Il est clair que cette manœuvre vise à vider les campus et les cités universitaires pour casser la dynamique en cours.

Quelles seront les implications de cette décision sur le déroulement de l’année universitaire en cours ?
D'après le communiqué, l'année universitaire s'achèvera en juillet plutôt qu’en juin. Les examens et les séances de rattrapage seront donc forcément avancés. Pour ma part, je suis prête à décaler ma soutenance, s'il le faut. La mobilisation en cours est inédite et elle doit l’emporter sur toute considération personnelle.

Comment comptez-vous réagir ?
Rien ne stipule que les campus et les cités universitaires doivent fermer pendant les vacances.
À l'Epau, nous avons déjà prévu, pour cette semaine, des rencontres-débats pour décider des prochaines actions à envisager contre le cinquième mandat et pour le départ du régime. Nous comptons donc continuer à occuper les campus.

Source : Liberté

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article