Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

7 février 2019. Par Samir Berkas, correspondant du blog en Espagne.

La décision du gouvernement socialiste de Pedro Sanchez de reconnaitre Guaido a été critiquée par Podemos, Izquierda Unida , les principaux syndicats CCOO et UGT, mais aussi par nombre de journalistes et personnalités pas nécessairement favorables au président Nicolas Maduro. Voici quelques titres et courts extraits traduits.

Las dictaduras buenas: España exige a Venezuela lo que no pide a regímenes absolutistas

Les bonnes dictatures: l' Espagne exige du Venezuela ce qu'elle ne demande pas à des régimes absolutistes.

par DANILO ALBIN - Público du 04.02.2019

Les gouvernements successifs ont soigné leurs liens avec des régimes absolutistes comme l'Arabie Saoudite ou les Emirats arabes Unis. En Amérique latine, l'Exécutif de Sanchez ne se montre pas aussi stricte devant la situation grave que traverse le Guatemala.

 

 

 

Cómplices del golpe

Complices du coup d'état

Entre légitimer Maduro et accepter comme solution démocratique le complot ourdi depuis Washington, il existait d'autres chemins intermédiaires, comme celui entrepris par l'ONU et son secrétaire général Antonio Guterres, dont le refus de rejoindre le chœur des grillons accompagnant "l'empereur à la petite frange", met encore plus en évidence le suivisme du gouvernement socialiste.

Sanchez a renoncé à la noblesse pour la complicité.

par Juan Carlos Escudier - Público du 05/02/2019

Venezuela, antesala hacia la guerra

Vénézuela, antichambre vers la guerre

A travers le conflit du Venezuela, les Etats-Unis avisent les russes et chinois que l'Amérique du Sud est leur territoire.

Les gouvernements européens se sont trop empressés à renoncer aux voies de négociation et à se placer au côté de Trump. La guerre civile est la pire des solutions pour la population; si elle se produit, nos gouvernements auront leur part de responsabilité.

par Tica Font, Centre Delàs d'Estudis per la Pau - Público du 05.02.2019

La trampa de la intervención en Venezuela

Le piège de l'intervention au Vénézuela

par Javier Pérez Royo - eldiario.es du 04/02/2019

Juan Guaido ne s'est pas autoproclamé président du Vénézuela, on lui a ordonné depuis la présidence des Etats-Unis de s'autoproclamer dans le but d'apporter un prétexte pour pouvoir intervenir dans ce pays.

Ou bien les pays de l'Union Européenne parviennent à dévier la stratégie unilatérale des Etats-Unis vers une direction multilatérale, qui implique une négociation entre les vénézuéliens avec tutelle internationale ou bien nous finirons par payer un prix très élevé.

Pour les pays européens en général et pour l'Espagne en particulier, l'intervention européenne au Vénézuela conduite par les Etats-Unis est un "piège". Espérons qu' existent des convictions et des réflexes pour ne pas y tomber.

Una solución pacífica para Venezuela

Une solution pacifique pour le Vénézuela

Pedro Sanchez a reconnu comme chef de gouvernement du Vénézuela un président autoproclamé dans un meeting, sous la direction de Trump, dans une ingérence putschiste des Etats-Unis qui peut provoquer une guerre. Lamentable. Il a perdu une opportunité historique de postuler au rôle de médiateur vers des élections qui débloquent la situation et évitent l'affrontement civil et l’interventionnisme américain. Il a incliné la balance vers le chaos quand il pouvait l'incliner vers la paix.

par Javier Gallego:  eldiario.es  

 

El golpe de estado al revés

Le coup d'état à l'envers

Face au modèle traditionnel, qui consistait en prendre le pouvoir et attendre le reconnaissance internationale, dans celui expérimenté à Caracas, il s'est passé l'inverse: il a déjà de nombreuses bénédictions externes et on attend que le fruit mûr tombe docilement de l'arbre.

Alors que l'on méprisait la médiation de Zapataro, qu'on a injustement accusé de collaborer avec Maduro, le Vénézuela semble s'acheminer vers un affrontement civil de conséquences imprévisibles.

Par Juan Carlos Escudier - Público du 24/02/2019

UGT considera una "pésima noticia" el reconocimiento de Sánchez a Guaidó 

UGT considère que le reconnaissance de Guaido par Sanchez est une "nouvelle lamentable".

Le syndicat UGT croit que cette mesure est un obstacle pour une solution pacifique au Vénézuela et regrette le suivisme du Gouvernement espagnol envers Trump.

Público du 05.02.2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article