Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Multiplication des opérations militaires autour du Sahel. Agnès Stienne, 1er juin 2016

Multiplication des opérations militaires autour du Sahel. Agnès Stienne, 1er juin 2016

Par Philippe Leymarie, 8 février 2019

L’aviation de chasse française déployée à N’Djamena (Tchad) et à Niamey (Niger), au titre de l’opération régionale « Barkhane », est intervenue à plusieurs reprises ces derniers jours au nord du pays, à la demande du régime du président Idriss Deby, pour l’aider à stopper une colonne de dizaines de pickups armés venant de Libye. Une action qui renoue avec des pratiques qu’on croyait bannies. Et qui s’apparente à un dangereux mélange des genres.

EXTRAITS

Dictateurs amis

La question de la légitimité de l’opération française est cependant posée. L’UFR, tout comme l’opposition légale, dénonce une « ingérence » de Paris dans les affaires internes du pays, et qualifie en plus la France de « force hostile au peuple tchadien ». Paris insiste sur l’aspect bilatéral de son action, au titre des accords en vigueur entre la France et le Tchad, et non dans le cadre de l’opération régionale Barkhane. Mais l’utilisation des mêmes moyens et mêmes chaînes de commandement pour traiter les opposants armés au régime tchadien que ceux utilisés contre les djihadistes, adeptes de la terreur trans-frontière à l’échelle du Sahel, relève du mélange des genres.

Pour l’association française Survie, cette intervention au Tchad « démontre une nouvelle fois que le maillage militaire français permanent en Afrique, au titre de différents prétextes tels que la lutte contre le terrorisme aujourd’hui, permet au gré des alliances et des intérêts de Paris de venir en aide aux dictateurs amis de la France ».

Bon vieux temps

L’association — spécialisée dans la dénonciation des turpitudes réelles ou supposées de la « Françafrique » — estime en outre que, même si elle est menée dans un cadre légal du point de vue tchadien, cette opération s’appuie sur le dispositif Barkhane dont la prolongation, au delà des quatre mois légaux, n’a jamais été soumise au Parlement français, comme l’exige la Constitution française (2).

Jeudi 7 février, on répétait encore, du côté de l’état-major français, que les Mirage français décollés de N’Djamena et Niamey (avec deux avions-ravitailleurs et un drone Reaper) :

 répondent à une demande formelle d’un État souverain, dans un cadre bilatéral (et non dans celui de l’opération régionale Barkhane) ;
• qu’il est possible d’intervenir même en dehors (ou en l’absence) d’un accord de défense particulier ;
• qu’il s’agit d’une opération limitée dans l’espace et le temps ;
• que les autorités tchadiennes conservent la capacité de répondre elles-mêmes à cette menace (ce qu’elles ont fait notamment avec un de leurs hélicoptères MI-17).

Grain à moudre

Il n’empêche : l’affaire tombe plutôt mal, donnant du grain à moudre à ceux —de plus en plus nombreux au sein de l’opinion dans les pays du Sahel, d’après les échos qu’on peut en avoir— qui accusent les forces étrangères présentes dans ces pays de protéger des régimes discrédités ; de faire l’amalgame entre les opposants, les terroristes, les migrants ; d’intervenir au Sahel en fonction de leurs propres agendas (matières premières, migrants) ; voire d’enflammer les populations par leur seule présence ; et finalement de ne pas avoir réussi à faire reculer l’insécurité :

 la menace djihadiste, qui justifie officiellement leur présence depuis cinq ans dans les cinq pays du G5-Sahel, est loin d’avoir disparu en dépit des efforts des soldats français de Barkhane, des soldats africains de la Minusma, et des gendarmes et soldats des armées des pays de la région ;
• l’insécurité s’étend désormais au centre et à l’est du Mali, au nord et à l’est du Burkina Faso, avec son cortège d’attaques, enlèvements, explosifs improvisés ;
• tandis que la force conjointe « G5-Sahel », formée de contingents des cinq pays de la région, peine à se déployer en permanence, à s’équiper, à trouver un mécanisme de financement pérenne, et à recevoir du conseil de sécurité des Nations unies le mandat plus robuste qu’elle réclame au titre du fameux « chapitre 7 » de la charte de l’organisation, comme vient de le constater le sommet des chefs d’État du G5, réuni en début de semaine à Ouagadougou.

NOTES

 (1Ses fils sont à la tête de la société nationale des hydrocarbures, de la garde républicaine, du cabinet de la présidence, etc.

(2Comme c’est la règle, le premier ministre a cependant informé par lettre le président de l’Assemblée nationale de l’opération militaire en cours au nord du Tchad. De son côté, la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat demande à entendre la ministre de la défense.

Source : Défense en ligne. Blog du Monde diplomatique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article