Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Sit-in, hier, des journalistes de l’ENTV. Photo DR

Sit-in, hier, des journalistes de l’ENTV. Photo DR

Une première a la télé publique

 

Des journalistes des chaînes publiques manifestent publiquement pour réclamer la neutralité et l'égalité dans le traitement de l’information.

Au lendemain du sit-in organisé par leurs collègues de la Radio nationale, les journalistes des chaînes de télé publiques (la Terrestre, A3, Canal Algérie, la Quatre et Coran TV) se sont rassemblé dans la grande cour du siège, boulevard des Martyres. Quelques slogans : “Y en a marre de la censure”, “Notre métier, c’est d’informer et non pas de désinformer”, ou “Nous assurons un service public et non pas un service étatique”, “Nous sommes des journalistes libres et démocratiques”. Un rassemblement analogue est attendu ce matin à l'ENTV de Constantine

L'Ugta des radios locales attaque Sidi Saïd

Dans une déclaration publique, les sections syndicales UGTA des radios locales dénoncent l’attitude suiviste de la Centrale de Sidi Saïd.  “Au moment où notre pays enregistre un vaste mouvement populaire et que le peuple algérien exige un réel changement pour enraciner une véritable citoyenneté, la notion des droits et l’instauration d’un climat propice permettant de s’exprimer librement, loin du harcèlement, des embûches et de la surenchère imposée par certains cercles politiques, la Centrale syndicale s’est engagée contre la volonté du peuple et contre les aspirations des travailleurs, y compris les plus démunis”, lit-on dans la déclaration.

Tout en exprimant leur mécontentement, les travailleurs des radios locales estiment que “la prise en charge des préoccupations socioprofessionnelles des travailleurs et la défense de leurs droits n’étaient pas la priorité de l’UGTA. Au contraire, sa principale préoccupation était d’impliquer les travailleurs et de marchander leur voix sur la scène politique en les impliquant dans ses seuls intérêts personnels”. Raison pour laquelle, ces syndicats ont interpellé la Centrale syndicale pour mettre immédiatement un terme à leur “implication en tant que travailleurs et syndicalistes dans ses calculs politiques suspects et de s’occuper des vraies préoccupations des travailleurs”.

Source : Liberté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article