Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

"Mais qu’a-t-elle fait justement dans ce registre en cinq ans d’exercice ? s'interroge  Makhlouf Mehenni dans TSA-Algérie. Autant dire rien, sauf à considérer que l’alourdissement chaque année un peu plus des cartables de bambins de six ans relève d’un acte de réforme.

Sur l’essentiel, Mme Benghabrit n’a rien accompli. Le projet de réforme de l’école, élaboré en 2002-2003 par la commission Benzaghou, du nom de l’ancien recteur de l’université des sciences et technologies de Bab Ezzouar, n’a jamais été réellement mis en application.

La nomination d’un membre de la commission, Mme Benghabrit justement, au poste de ministre de l’Éducation, en 2014, avait laissé croire que l’heure de ressusciter ses recommandations avait sonné. Hélas, il n’en est rien cinq ans après et la réforme de l’école a fini par prendre des allures d’Arlésienne.

Autre exploit de Mme la ministre, celui d’avoir maintenu le statu quo tout en s’évitant le moindre grief des partisans d’une école nouvelle, se servant comme paravent de l’inimitié que lui vouent les islamistes. Une longue période de grâce qui, in fine, n’aura servi à rien.

Nouria Benghebrit a remporté bien des batailles, sauf la plus importante, qu’elle n’a même pas menée du reste. Elle qui a été à la « bonne école » n’est pas sans savoir qu’il n’y a rien de glorieux à faire plier des enseignants qui réclament de meilleures conditions de vie. Et que le vrai combat est ailleurs…"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article