Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La première opération d'intoxication idéologique de 2019: «Les gilets jaunes de Taghit sont des takfiristes»

Ce matin, un quotidien titre : "Taghit. Des milliers de visiteurs ont réveillonné au cœur des dunes du Grand Erg occidental". 30 décembre: les gilets jaunes de l'oasis de Taghit avaient bien choisi ce jour pour que leur revendications aient le maximum d'impact. Les autorités se sont en effet déplacées dara-dare pour dialoguer avec les manifestants qui ont finalement décidé de rouvrir la route à 22 h. Dans le même temps, les services d'intox ont déclenché une opération sur les motivations des manifestants.

Rachid Roukbi le correspondant du journal Reporters rapporte ce matin : "Des milliers de visiteurs ont célébré la fin de l’année 2018, au milieu des dunes de Taghit, l’enchanteresse, qui a l’un des plus beaux couchers de soleil au monde. Cette année, cette daira qui est située à 93 km au sud-est de Béchar est devenue une destination prisée pour les Algériens.

Ce matin aussi, L'Expression donne une information complétement opposée : " La bête immonde de l'islamisme vient de jouer au trouble-fête lors de la célébration par les Algériens du Nouvel An. Taghit, une oasis envoûtante de la wilaya de Béchar, a été interdite par les salafistes aux touristes algériens".

C'est Alg24 le site dépendant de la chaîne Annahar qui a lancé la première vidéo de vacanciers bloqués en commentant: "Tout le monde s’accorde : à Taghit certains protestent de la venue des réveillonneurs. Pour l’heure, l’on ne connait pas les motivations de cette action. L’on ne sait pas non plus comment la situation a évolué".

Ensuite, après Algérie-Focus, le site Observalgérie.net proche des services  affirme : "Ces individus seraient, selon nos sources, «manipulés par une fatwa d’un imam ayant décrété le tourisme Haram et contraire aux préceptes de l’Islam». Il aurait expliqué aux fidèles de sa mosquée que ce même tourisme «deviendrait  une source de déviation et risque d’engendrer des phénomènes contraires à la religion islamique».

Admirez l'usage du conditionnel. Cela n'empêche pas Moncef Ouafi de reprendre ce on dit dans son commentaire du Quotidien d'Oran : http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gif " Des cars de touristes nationaux, en route vers Taghit pour y passer le réveillon, ont été bloqués sur la route à l'aide de grosses pierres contraignant les passagers à continuer à pieds pour atteindre leur destination. Embrigadés par le discours d'un imam de la région, dit-on, sur l'illicéité de la fête, de jeunes autochtones sont passés à l'action (...)  

Que s'est-il passé effectivement à Taghit la veille du Nouvel an? Les correspondants du quotidien El Watan étaient présents et avaient publiél'information le 31 décembre.

 

Taghit (Béchar) : Des habitants protestent

Par M. Nadjah et A. A. 31 décembre 2018 à 10 h 00 min. El Watan

Des manifestants, au nombre d’une centaine, ont bloqué, avant-hier, la principale voie menant à Taghit, en érigeant des tentes et en campant à l’entrée de cette localité.

Toutes les voitures et autocars de touristes qui affluaient vers la petite oasis ont été empêchés d’y pénétrer ou d’en sortir. Les protestataires ont saisi cette opportunité pour faire valoir des revendications à caractère socio-économique, affichant des banderoles à caractère revendicatif et exigeant la présence du wali pour lui remettre toute une liste de doléances.

Ces revendications n’ont pas été, selon eux, résolues, malgré les promesses faites par les précédents chefs de l’exécutif de wilaya.

A commencer, rappellent-ils, par l’exigence du transfert de l’assiette foncière qui leur a été attribuée et devant abriter un programme d’habitat rural vers un endroit réservé par les pouvoirs publics aux sites touristiques.

Aussi, les manifestants exigent l’électrification et des forages sur un grand périmètre agricole côté nord de Taghit, qui aurait été oubliée depuis des années. Alors que la commune de Taghit a été raccordée au gaz naturel, le mouvement de protestation réclame que cette énergie soit également étendue aux habitants des autres ksour de la périphérie.

Durant cette journée, voitures et autocars en provenance des régions du Nord continuent de s’allonger dans une longue file d’attente dans le désert glacial de l’hiver sur le tronçon bloqué, en attendant l’arrivée du chef de l’exécutif retenu par les élections sénatoriales.

Nous avons appris que son représentant a pris langue, vers 21h, avec les manifestants, qui ont décidé de rouvrir la route à 22 h à la circulation, conditionnant la réouverture par la présence du wali le lendemain à midi (dimanche).

Il faut noter que le mouvement de protestation semble apparemment bien organisé, car bénéficiant de la solidarité des habitants qui se chargent de lui offrir des repas.

Source : El Watan

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article