Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Khaled Zerrouki a participé au succès de cette manifestation pacifique du 15 septembre 2018

Khaled Zerrouki a participé au succès de cette manifestation pacifique du 15 septembre 2018

Sit-in de soutien aux activistes poursuivis par la justice

Par Houria Alioua, 4 décembre 2018

Une cinquantaine de personnes ont participé ce matin au sit-in de soutien à Khaled Zerrouki, jeune activiste du mouvement citoyen de Ouargla, ayant contribué à l’organisation et à la tenue de la manifestation du 15 septembre dernier.

Khaled Zerrouki, poursuivi pour «attroupement non autorisé» a comparu hier matin devant le tribunal de Ouargla, qui rendra sa décision le 16 décembre.

Les manifestants, qui ont tenu à se faire entendre de la justice, ont d’abord occupé les couloirs de la salle d’audience avant d’être invités à sortir de l’enceinte du tribunal, ce qui les a poussés à se regrouper en face, à la place du cinéma Sedrata, où des slogans virulents ont été scandés.

«Ouargla, victime de projets véreux, croulant sous les eaux des égouts, est jugée par la justice», «Tous ceux qui s’insurgent contre la mauvaise gestion de la cité sont poursuivis», «Désormais il faut tenir sa langue ou se préparer à la prison».

Des slogans qui sont revenus lors de cette manifestation qui a duré plus d’une heure sous les yeux des agents de l’ordre, attirant une foule de sympathisants avant de se disperser dans le calme, promettant de revenir dans deux semaines.

Pour rappel, la manifestation du 15 septembre dernier avait regroupé plusieurs centaines de personnes à la place de la Rose des sables de Ouargla pour revendiquer un vrai plan de développement pour la wilaya, notamment le dégel du projet de CHU, l’annexe de l’Institut Pasteur, les derniers trois kilomètres du tracé du tramway et la résolution du problème écologique de remontée des eaux usées qui infestent plusieurs points noirs de la ville.

Entre-temps, une seconde manifestation a eu lieu le 3 novembre dernier avec les mêmes revendications, malgré l’annonce du dégel du CHU par le président de la République et le choix du site de l’annexe de l’Institut Pasteur.

Plusieurs activistes ont été auditionnés par la police, présentés au parquet avant d’être relâchés. Khemisti Bensayah, un des orateurs les plus acerbes, a carrément été muté de Radio Ouargla à celle de Mostaganem après avoir pris part à toutes les manifestations organisées ces dernières années à Ouargla.

Source : El Watan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article