Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Conclusion de sa chronique intitulée ce matin : Voilà où mènent les «privatisations» !

Quant à nos postes de péage sur l'autoroute Est-Ouest, il serait plus équitable de laisser les Algériens circuler librement et ne pas copier aveuglément ce qui se fait en face. Parce que nous voyons où cela mène. Et au cas où il faudra demain casquer coûte que coûte, pourvu que l'argent n'aille pas dans les poches de Ali Haddad ou d'un de ses copains. Pas de privatisation !

Tiens, en voilà un terme que le chef du FCE, débouté en janvier 2018 par Bouteflika himself lors de l'arnaque du fameux «partenariat public-privé», vient de remettre sur le tapis.

Il est vrai que les démocrates, les indépendants, les socialistes et tout le monde abandonnent la partie vite, mais pas l'oligarchie ! Avec un chef d'Etat affaibli physiquement et des orientations qui se perdent dans les dédales d'un grand labyrinthe nommé «5e mandat», qui pour défendre la vache à lait des Algériens ? Qui pour  s'opposer aux forces de l'argent ?

Qui pour faire face à ces quelques familles qui veulent s'accaparer du pays de Ben Boulaïd ? Nous attendons une réponse de M. Bouteflika. Une réponse conforme à ce qu'il a dit lorsque le partenariat diabolique a été signé. Une réponse qui ne viendra pas de l'UGTA puisque son chef prouve qu'il n'est pas du côté des travailleurs. Il est du côté des patrons et des moins investisseurs mais des plus profiteurs des banques publiques !

Texte intégral : Le Soir d'Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article