Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le jeune technicien supérieur de 26 ans s'est frayé un chemin au sommet du haut fourneau avant d'être sauvé par la Protection civile. Photo DR

Le jeune technicien supérieur de 26 ans s'est frayé un chemin au sommet du haut fourneau avant d'être sauvé par la Protection civile. Photo DR

Par A. Allia, 17 décembre 2018

Moment de grande frayeur, hier, en fin de matinée, au sein du complexe sidérurgique d’El-Hadjar, lorsque se frayant un chemin jusqu’au plus haut point du haut-fourneau, un travailleur du site a tenté de mettre fin à ses jours, en se jetant dans le vide, avant d’en être empêché au prix d’énormes efforts par les éléments de la Protection civile.

 

Ainsi sauvé d’une mort certaine, le jeune travailleur âgé de 26 ans a été pris en charge à l’infirmerie du complexe avant d’être transféré vers le service des urgences du CHU Ibn-Rochd d’Annaba. “Il s’en est fallu de peu pour qu’il passe à l’acte, n’étaient la persévérance et le courage des pompiers accourus immédiatement sur les lieux. Ce jeune technicien supérieur, qui fait partie des travailleurs contractuels en grève depuis huit jours, était réellement décidé à se suicider. Il ne cessait de crier qu’il n’en pouvait plus de la hogra qu’oppose la direction à la demande de permanisation que ses camarades et lui ont déposée”, témoigne un cadre de l’entreprise qui a assisté à la scène.

Ce responsable, encore choqué par cette tentative spectaculaire de suicide, se demande ce qu’attendent la direction de Sider et la tutelle pour négocier une sortie de crise. “Il y a certainement un moyen pour répondre à la revendication des contractuels, qu’ils soient en CTA ou en CDD. La plupart des 1 020 travailleurs recrutés dans le cadre de ces deux dispositifs et qui sont tous diplômés font un excellent travail dans leurs postes respectifs et méritent de ce fait qu’on les régularise. Pourquoi attendre, sachant que les grévistes ont affiché leur détermination à aller jusqu’à satisfaction de leur revendication ?”, s’interroge notre interlocuteur, tout en disant craindre une généralisation du mouvement à l’ensemble des travailleurs du site industriel.

Une éventualité qui n’est pas à écarter au vu du développement de la situation qui prévaut au sein des ateliers. Exaspérés par l’entêtement du directeur général du complexe, Chemseddine Maâtallah, à maintenir le statu quo en espérant que le mouvement s’essouffle, les représentants des travailleurs ne cachent plus, en effet, leur intention d’intervenir frontalement dans ce conflit.

Menés par Rédha Djemaï, leur secrétaire général nouvellement élu, ils ont ainsi décidé de convoquer un conseil syndical extraordinaire élargi à tous les membres du syndicat d’entreprise, aujourd’hui à 10h, pour évaluer la situation et se mettre d’accord sur les actions à entreprendre pour y remédier, quitte à décider d’une grève générale. En attendant cela, les travailleurs contractuels continuent de bloquer, de jour comme de nuit, les installations stratégiques du complexe, les paralysant totalement. 

Source : Liberté
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article