Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

L'International Crisis Group veut un autre contrat social pour l'Algérie

Le peuple algérien pour se libérer de l'emprise de l'Etat doit accepter que les droits au logement, à la santé, etc, n'aient plus force de loi. Le tournant néolibéral c'est la liberté! selon la formule magique de l'International Crisis Group (ICG).

Avec la baisse des revenus pétroliers "les nouvelles réalités financières ne permettent plus de maintenir le niveau élevé de dépenses publiques des dix dernières années, qui vide rapidement les caisses de l'Etat", écrit l'ICG dans un rapport intitulé "Surmonter la paralysie économique de l'Algérie". 

"Les autorités reconnaissent que le modèle actuel est à bout de souffle mais peinent à le corriger". Selon le rapport, le principal handicap de l'économie algérienne est la forte intervention étatique. La rente pétrolière subventionne notamment carburant, eau, énergie, santé, logements et produits de base.

Les droit de se loger, de se soigner, de manger à sa faim doivent-ils continuer d'être inscrits dans la mission de l'Etat algérien conformément à la déclaration fondatrice du 1er novembre 1954? Il faut passer à autre chose selon l'ICG qui préconise d'abandonner "le contrat social implicite" en vigueur dans le pays. Contrat résumé ainsi :  " l'Etat pourvoit aux besoins d'une population tenue de s'exécuter".  Le tournant néolibéral permettra  aux Algériens de se libérer de l'emprise de l'Etat!

Depuis le début de l'année, Robert Malley ex-conseiller du président Barack Obama pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord est le nouveau président de l'International Crisis Group (ICG). Cette organisation avait été créée en 1993 . En 2014, le conseil d’administration d’ICG comprend  Zbigniew Brzezinski et Wesley Clark, mais aussi le financier Georges Soros parrain des fameuses Révolutions Oranges en Géorgie, en Ukraine  et qui sera le premier donateur privé de l'ICG.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article