Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Gaz de schiste. La Fracturation hydraulique devient cubique.

Les promoteurs de la relance de l'exploitation des gisements de gaz de schiste interrompue il y a trois ans, rassurent en évoquant des "innovations" dans la technologie de la fracturation hydraulique. Nous n'avons pas trouvé de trace d' innovations réduisant les risques pour l'environnement. Les recherches de l'industrie pétrolière ont été exclusivement consacrées à la recherche de réduction des coûts.

 

Actuellement, l’industrie pétrolière nord américaine expérimente une nouvelle technique de fracturation hydraulique en trois dimensions. Il s'agit de pulvériser d’immenses volumes de roche-mère en une seule étape.

En fracturation cubique, on ne travaille plus un puits à la fois : on traite tout un secteur comme un seul et même « volume » à traiter de manière coordonnée, avec plusieurs équipes de forage. En pratique, on creuse simultanément jusqu’à 28 puits dans une région de deux kilomètres de côté et de plus de 1000 mètres de profondeur, en ciblant plusieurs couches distinctes de formations rocheuses contenant du pétrole. La roche est ensuite soumise à une pression de liquide suffisante pour la pulvériser.

En plus de réduire les coûts, la technique permet de récupérer plus de pétrole dans un secteur donné. Motivée par l'obsession de la rentabilité, elle ne vise pas à protéger l'environnement.

Ainsi, les chercheurs qui s’intéressent aux relations entre la fracturation hydraulique et les tremblements de terre sont inquiets. Il existe un rapport direct entre le volume de liquide de fracturation injecté dans le sol et les risques de séismes.

La fracturation « cubique », qui repose sur l’injection d’immenses volumes de liquide, semble devoir présenter un danger supplémentaire...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article