Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

S'abreuver aux "sources" situées au  centre du système, c'est en Algérie, le challenge de certains journalistes électroniques qui aspirent à "se faire un nom". Il s'agit de se rapprocher le plus possible des "décideurs" pour en tirer les scoops qui sont leur aliment de base.

Illusion de jouer dans la cour des grands et de s'abreuver aux sources des sommets. Mais, en période d'exacerbation des conflits entre décideurs, il est difficile pour ces "journalistes"  trop entreprenants d'échapper aux manipulations et aux balles perdues.

Le record de survie a été battu par Rahmani-Moqadem, il navigue dans les eaux troubles de la communication à l'algérienne depuis trois décennies, grâce au choix judicieux de ses allégeances successives et des cibles choisies par ses protecteurs.

Nouvelle centrale syndicale

Le projet d’une Confédération des syndicats automnes se précise. Regroupés au sein de l’Intersyndicale de la Fonction publique, des syndicats tiendront aujourd’hui leur assemblée constitutive pour lancer une organisation commune dénommée Confédération des syndicats algériens (CSA).

La mise en place d'une confédération des syndicats autonomes “marquera indéniablement l’histoire du mouvement syndical algérien”, estime Nourredine Bouderba, expert des questions syndicales et sociales. Elle aura pour rôle, dit-il, d'“occuper le terrain revendicatif et de représentation des intérêts de la classe des travailleurs déserté par l'UGTA depuis plus d'une décennie. Cette nouvelle organisation aura pour ambition, non pas de lutter contre l'UGTA, mais plutôt de mettre fin au monopole de représentation des salariés exercé par cette dernière avec la complicité des pouvoirs publics (...). Le caractère revendicatif de cette confédération et son fonctionnement démocratique ouvrira des perspectives certaines aux travailleurs du secteur économique, aussi bien public que privé, notamment au sein de ce dernier, l'UGTA ayant montré son incapacité à y mobiliser les travailleurs”. Noureddine Bouderba espère que cette expérience sera “un tremplin pour les forces saines au sein de l'UGTA pour faire entendre leurs voix et réconcilier leur organisation avec le syndicalisme”.  

A la question Quelles sont les revendications urgentes du monde du travail actuellement ? Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) répond: "Concrètement, il faut commencer par l’amélioration et la mise en place de mécanismes de protection du pouvoir d’achat".

 

POST-SCRIPTUM

"Le Syndicat algériens des paramédicaux (SAP) fustige le patron de la Centrale syndicale de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et exige son départ immédiat.

Dans une déclaration rendue publique, le syndicat tire à boulets rouges sur Abdelmadjid Sidi-Saïd, estimant que ce dernier exerce son hégémonie sur l'UGTA. Le SAP considère que Sidi-Saïd a dévoyé l’UGTA, qui ne reflète nullement les aspirations et les objectifs de ses fondateurs.

Qualifiant sa gestion de “mascarade”, le syndicat appelle les travailleurs à adhérer à sa fronde contre Sidi-Saïd. Sans évoquer directement  le 5e mandat et la position des travailleurs, la SAP semble désavouer Sidi Saïd qui s’est engagé et engagé la voix des travailleurs. Radar de Liberté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article