Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Pendant que l'affaire Bouhadja "descend dans la rue" et continue de faire la une, l'avenir socio-économique du pays est la première préoccupation de Ali Haddad et des "partenaires" étrangers qui veulent d'abord peser sur le futur programme présidentiel. Pendant ce temps, le régime se prend les pieds dans ses promesses sociales pré-électorales.

Le FMI veut que économie soit "tirée par le privé"

le FMI qui a appelé cette semaine le gouvernement algérien à mener un «dosage de politiques économiques» et souligné qu' «une masse critique de réformes structurelles est nécessaire pour promouvoir l'émergence d'une économie tirée par le secteur privé et diversifiée et réduire ainsi la dépendance au pétrole et au gaz». La messe est dite et il appartient aux autorités de bien amorcer ce virage...

L'ambassadeur américain fixe les critères du bon candidat

"Ce n'est pas la première fois que Washington rappelle les Algériens à assurer aux investissements américains en Algérie «plus de transparence, plus de prévisibilité et un meilleur accès aux marchés» puisque, et à chaque occasion, on évoque ce climat des affaires à améliorer", écrit Moncef Ouafi dans le Quotidien d'Oran qui ajoute: "Pourtant, c'est la première fois qu'un diplomate américain en poste évoque ouvertement le volet politique, ouvrant une brèche où les lectures les plus osées peuvent s'y engouffrer. Serait-ce un signe pour un éventuel changement à la tête du pays alors que les recommandations américaines sur l'investissement ne sont pas prises en charge ? "

Cantines scolaires fermées dans la cité minière

Il y a a quelques mois, soucieux de donner le change sur ses bonnes intentions sociales, le pouvoir avait annoncé spectaculairement un gros effort en faveur des cantines scolaires dont il s'était délesté, par décret, l'année précédente. "Quand seront ouvertes les cantines scolaires d'Ouenza , la cité minière du nord de la wilaya de Tébessa ? s'interroge Ali Chabana dans El Watan. De toute façon, les élèves des écoles rurales notamment attendent toujours et leurs parents s'inquiètent encore plus, en se posant moult questions sur ce retard et ses causes. Raison de plus, le ministère de l'Éducation nationale avait instruit que les cantines scolaires devront être opérationnelles dès la reprise des classes. Finalement, ce sont ces milliers d'élèves issus des douars et mechtas qui payent les pots cassés et se trouvent pénalisés, pour un simple repas, même pas chaud. Cela fait partie des conditions de scolarisation des écoliers, qui contre vents et marées font de leur mieux pour ne pas un jour se retrouver exclus du système éducatif et à ce moment-là, on parlera de déperditions scolaires !!"

Sondage

L'obstination de Saïd Bouhadja n'est-elle que l'entêtement sénile d'un ancien moudjahid "apparatchik" ou va-t-elle au contraire à la rencontre du sentiment anonyme de ras le bol de la communauté ?

"Que vous inspire la décision de Said Bouhadja de ne pas démissionner de son poste de président de l'APN ?" 78.69% des lecteurs du site Algérie1 qui ont répondu à cette question  approuve Saïd Bouhadja, en invoquant le respect de la constitution. Pourtant, la veille de ce sondage, pourtant, un commentaire de la rédaction du site, sous le titre "Bouhadja s’obstinera-t-il plus longtemps ?" affirmait : "La pitoyable image que donne de lui le président déchu de l’APN interpelle tous les citoyens jaloux de la dignité des institutions de leur pays. La majorité d’entre eux déplore ce que Bouhadja s’est autorisé à faire, en désobéissance à la direction de son parti et à la quasi totalité du collège de l’Assemblée qui l’a élu au poste qu’il squatte encore".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article