Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Si Ouyahia parle au nom du système, les "quatre défis" servent le parachèvement de l'instauration du néolibéralisme économique à l'abri d'une nouvelle variante de l'Etat d'urgence. 

Car l'homme ne cache pas sa volonté de rompre définitivement avec la prééminence de l'Etat dans la gestion de l'économie. Par une curieux paradoxe, l'Etat promis par Ouyahia se désengage de l'économie mais ses services de sécurité surveilleront de très près les faits, gestes et paroles des citoyens!

« Le multipartisme et la démocratie ne doivent pas être un outil pour porter atteinte à l’Algérie" menace le chef du RND.». Ces propos ne sont pas une improvisation de conférence de presse. La ligne qu'il préconise a été sobrement consignée en "quatre défis". présenté s le même jour aux cadres de son parti.

Ahmed Ouyahia exprime-t-il un consensus des décideurs? Salim Aggar est affirmatif dans l'édito de son site DIA-Algérie consacré à la conférence de presse: "Le Pouvoir et le système en Algérie ne peuvent pas se passer de l’homme d’Etat qui a pour nom Ahmed Ouyahia. On a beau diaboliser Ouyahia et ironiser sur son sort, mais il reste incontournable dans les situations difficiles et complexes". El Watan utilise le conditionnel : "Ahmed Ouyahia, a, lors d’une conférence de presse hier à Alger, dévoilé ce que pourraient être les intentions du régime pour les prochaines années, lorsqu’il a qualifié les événements du 5 Octobre 1988 d’anarchie, au lieu d’une espérance démocratique de la jeunesse".

S'agissant du " dictat de la rue" placé par Le Premier ministre comme "le premier défi", on pourrait comprendre rétrospectivement pourquoi Saïd Boujadja a été "dégommé". On se rappelle qu'il avait rencontré le 12 février dernier les médecins résidents grévistes manifestant dans les rues d'Alger. Il leur avait même promis de jouer le rôle d' intermédiaire auprès de l'exécutif.  Le lendemain Bouhadja fera son en autocritique en considérant que son initiative est une "une transgression de la fonction parlementaire".

Hypothèse : les mouvements de personnel observés dans divers secteurs de l'Etat sont-ils liés drectement ou indirectement aux luttes d'orientation pour le prochain programme de Bouteflika ou de tout autre du candidat du système?

Le 15 décembre 2012 je concluais ainsi une contribution sur le présidentialisme:

" En Algérie, les présidents pour être adoubés proposent un programme  susceptible d’être accepté par cette machine à consensus qu’on a baptisé du terme orwellien de Système. Ce qui fait la différence entre les différents postulants inscrits dans le casting présidentiel réside probablement dans le choix des instruments de réalisation de ce programme, dans les moyens d’assurer ce consensus et de l’appliquer : organisation de la sélection des cadres et du personnel dirigeant, contrôle médiatique et social de la population, répression des atteintes au Système, surveillance de l’armée de ligne".

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article