Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Ministère de la Défense nationale. Photo DR

Ministère de la Défense nationale. Photo DR

L'armée, les services de sécurité et les journalistes, même combat.

A l'occasion de la journée du journalisme "décrétée" par Abdelaziz Bouteflika, l'éditorialiste Zouhir Mebarki rappelle ce tryptique du bon vieux temps et veut "former" sur cette base les journalistes pour qu'ils jouent leur "rôle". Il conclut son édito:

"Si c'est le rôle de notre armée et de nos services de sécurité de nous protéger contre ces prédateurs, notre rôle de journalistes est d'éclairer l'opinion publique nationale et même internationale sur les dangers qui nous guettent. Il est vrai que notre tâche s'est compliquée avec l'arrivée des nouvelles technologies. Ce qui a induit une grande vitesse de l'information et des images en temps réel que nous ne pouvons concurrencer que par nos éclairages, par nos analyses et notre crédibilité. C'est pourquoi l'essentiel des efforts, tant des pouvoirs publics que des patrons de presse, devra être axé sur la formation. C'est là que réside le salut du journaliste algérien!" La prorité du journaliste algérien, L'Expression

Syndicat mixte à El Hadjar

L'Expression fait le point de la situation au complexe sidérurgique d'El Hadjar :

: "La commission mixte, composée des représentants respectifs, bureau de wilaya et bureau local de l'Ugta Annaba et de la direction générale du complexe d'El Hadjar, vient de terminer le filtrage des dossiers des candidats en lice pour la course syndicale qui se fera au niveau des 15 unités de production du complexe. Signalons que, sur les quelque 320 dossiers de candidature déposés, seuls 200 ont été retenus".

De son côté le correspondant d'El Watan rend compte de la protestation contre cette démarche. Amouri Nouredine, ex-secrétaire général du syndicat d'entreprise et cousin du député affairiste Tliba, a beau jeu de déclarer: "J’accuse Kamel Friteh, secrétaire général de l’UW de l’UGTA Annaba, d’avoir établi une nouvelle liste de candidats pour la future liste de syndicalistes de notre entreprise, qu’il l’a soumise à l’avis du président-directeur général de Sider El Hadjar pour approbation".

Le Consensus national express

En décembre 2014, faisant le point de la préparation de la conférence du consensus national , Mohand Amokrane Chérifi, membre de l'Instance présidentielle affirmait devant le conseil national du FFS: « d’ores et déjà, compte tenu du nouveau planning des consultations élargies on peut proposer la date du 23 et 24 février 2015, date de la nationalisation des hydrocarbures, pour la tenue de la 1ère phase de la Conférence». 

Les trois "pôles" de Habib Souaïdia

 L'ancien lieutenant de l’armée algérienne, auteur du livre La Sale Guerre décrit trois pôles de décision dans l'ANP

(...) Le pôle le plus visible est celui constitué autour du général-major Gaïd Salah, patron de l’ANP. (...) Le deuxième pôle, sans doute le plus puissant actuellement, est logé à la présidence de la République, au cœur du nouveau service héritier du DRS, le « Département de surveillance et de sécurité » (DSS) (...). Le troisième pôle est constitué par l’actuelle DCSA, rattachée depuis 2016 au ministère de la Défense nationale. C’est le plus discret, mais ce n’est sans doute pas le moins influent (...). 

Souaïda note aussi que "de nouveaux acteurs civils liés à la sphère militaire et des services, ceux qu’on appelle les « oligarques » (comme Issad Rebrab, Ali Haddad, Mohammed Behri, Abdelmadjid Kerrar, Abdelkader Koudjeti, Ahmed Mazouz, les frères Kouninef, Djilali Mehri, Bahaeddine Tliba, Abderrahmane Benhamadi, Mahieddine Tahkout, etc.), sont également devenus des acteurs importants de ces conflits obscurs, où le contrôle des circuits de l’argent noir joue un rôle essentiel. Depuis les années 2000, ces riches civils sont en effet souvent impliqués dans la gestion des fortunes des militaires de la « coupole » du pouvoir, et ils interviennent fréquemment dans les jeux d’appareils, notamment à travers les médias (écrits et audiovisuels) qu’ils contrôlent désormais largement.(...). Source : Algérie-watch

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article