Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Samir Ghezlaoui en 2012. Photo Twitter

Samir Ghezlaoui en 2012. Photo Twitter

Par Maghreb Émergent, 30 octobre 2018

Le membre de la Chancellerie diplomatique* du Front des forces socialistes (FFS), Samir Ghezlaoui, vient de déposer sa démission auprès du coordinateur de l’instance présidentielle, Ali Laskri et du premier secrétaire national du même parti, Mohamed Hadj Djilani. Sa démission s’inscrit principalement dans le cadre de sa contestation contre la récente radiation de Salima Ghezali du parti.

« Ma démission exprime mon refus catégorique de cautionner, en tant que membre de la direction nationale, les sanctions disciplinaires démesurés prises contre plusieurs cadres du parti surtout la camarade Salima Ghezali » a noté Samir Ghezlaoui sur une démission qui date du 26 octobre dernier et dont Maghreb Emergent détient une copie. Pour lui, l’exclusion de Mme. Ghezali pose un sérieux problème d’éthique politique, et va à l’encontre des principes démocratiques du FFS.

« Cette sentence est à la fois aberrante et saugrenue pour beaucoup de cadres du FFS, moi y compris, ayant cru à vos promesses de démocratisation du parti après le congrès extraordinaire d’avril dernier » a noté Samir Ghezlaoui dans le même document. Selon lui, la radiation de la conseillère principale d feu Ait Ahmed, ne peut être perçue qu’en « exécution politique » pour l’empêcher de briguer la présidence du parti lors du prochain congrès national. « Vider le FFS de ses compétences et de sa matière grise, sur fond des luttes de leadership, n’a jamais été une solution et ça ne peut pas l’être maintenant que la crise politique, sociale et économique que vit le pays s’est accentuée d’un cran » a-t-il ajouté.

En outre il souligné que sa démission est un désaveu explicite à l’égard de la composition et du fonctionnement de la chancellerie depuis sa création. A cet effet le démissionnaire a signalé ; « je ne peux pas travailler dans une équipe où la confiance mutuelle fait défaut et constituée de personnes qui ne partagent pas sincèrement les mêmes valeurs promues par le FFS ».

En fin Samir Ghezlaoui a précisé que malgré sa démission de son poste de responsabilité, il restera un militant dévoué et discipliné. «  Mon savoir-faire et compétences seront toujours mis à la disposition du FFS et de sa direction nationale » a-t-il conclu.

Source : Maghreb Emergent

*Selon Article 35 les statuts du FFS, cette chancellerie "représente le parti auprès des partenaires et amis du parti et coordonne les activités des militants et sympathisants du parti à l’étranger. Ses membres sont membres de droit du conseil national."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article