Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La nouvelle vague de cinéastes interpelle «les dirigeants politiques à l’origine de cette censure ou validant la bêtise de ceux qui la pratiquent»

"Nous prenons à témoin l’opinion publique".

Déclaration de cinéastes algériens

ALGER. 23 septembre 2018.

"Les refus du visa culturel pour les films Vote Off de Fayçal Hammoum et Fragments de rêves de Bahia Bencheikh El Fegoun aux Rencontres cinématographiques de Béjaïa de 2016 et 2018, le refus du visa d’exploitation pour le film Contre-Pouvoirs de Malek Bensmaïl en 2015 et les pressions sur le film Larbi Ben M’hidi de Bachir Derraïs, entre autres, nous rappellent la précarité de notre profession et les étroites limites fixées à la liberté de création et d’expression dans notre pays, ainsi que leur corollaire, la privation du public algérien d’œuvres l’interpellant, lui redonnant son image, l’image de sa société, de son passé et de son présent, avec des regards critiques et diversifiés, alimentant et faisant asseoir la réflexion et le débat démocratique et contradictoire dans notre pays.

Ce faisant, les dirigeants politiques à l’origine de cette censure ou validant la bêtise de ceux qui la pratiquent décrédibilisent la production cinématographique et culturelle algérienne aux yeux de son public et du citoyen, le poussant à «chercher ailleurs la vérité».

Et au fait : quel est le sens et l’efficacité de cette censure quand tout est relayé, amplifié et compensé par les réseaux sociaux ?

Par contre, sa nuisance et son efficacité sont réelles quant à la fragilisation et à l’assèchement de la création et de la production cinématographique algériennes.

Et d’ailleurs, la faiblesse de la production et de la diffusion cinématographiques, la diminution de ses financements (en dehors de la célébration des événements officiels), l’absence d’une politique réelle de formation, l’absence d’une vraie stratégie de réconciliation de la société avec le cinéma qui doit commencer à l’école, en un mot, l’absence d’une réelle volonté politique pour une relance effective de la production et de la diffusion cinématographiques n’est-elle pas la plus impitoyable des censures ?

Nous prenons à témoin l’opinion publique quant à notre engagement pour la défense du cinéma algérien et réitérons notre attachement indéfectible au principe de la liberté de création et d’expression et en dénonçons fermement les récentes atteintes."

 

Parmi les premiers signataires:

Belkacem Hadjadj (« El Manara », « Lalla Fadhma N’soumer »), Lotfi Bouchouchi (« Le Puits »), Rachid Benhadj (« La rose des sables », « Parfums d’Alger »), Abdelkrim Bahloul (« Voyage à Alger », « Le soleil assassiné »), Lyès Salem (« Mascarades », « El Wahrani »), Malek Bensmail ( « La Bataille d’Alger, un film dans l’Histoire », « La Chine est encore loin »), Karim Moussaoui ( « En attendant les hirondelles », «Les jours d’avant »), Okacha Touita (« Opération Maillot », « Morituri »), Chérif Aggoun (« L’héroïne », « Le Rocher noir »), Hassen Ferhani (« Fi rassi rond-point ») et Bahia Bencheik El Fegoun (« H’na Bara » et « Fragements de rêve »). La déclaration est également signée par Yacine Bouaziz, Jaber Debzi, El Hachemi Zertal (distributeur), Fayçal Hammoum et Sid Ahmed Semiane.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article