Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Les ténors de la presse quotidienne épaulent les uns ou les autres.

Les entreprises sous-traitantes du complexe d'El Hadjar ont été imposées d'Alger par un " haut cadre" du ministère de l'Industrie, révèlait dans El Watan, Amouri Noureddine, le patron du syndicat UGTA d'El Hadjar. Ce matin, Liberté nous apprend au contraire que le dit Amouri ne veut la peau du directeur général du complexe que parce qu'il est l'homme de main -et cousin- du fameux député affairiste du FLN, Baha Eddine Tliba qui "tente d’orienter à son profit personnel, la politique commerciale mise en place par la direction".

Le 10 septembre dernier le correspondant d'El Watan Mohamed Fawzi Gaidi  écrit :

"Selon une lettre du partenaire social, adressée au PDG du groupe Sider, dont El Watan détient une copie,  «Maâtallah Shemseddine, notre président directeur général du complexe Sider El Hadjar, est en abandon de poste depuis deux mois. Son absence n’est pas justifiée. Conscient de ses insuffisances professionnelles dans ce domaine de gestion, il a laissé derrière lui une usine pratiquement à l’arrêt, livrée à elle-même".

 Amouri Noureddine, le secrétaire général du syndicat exhorte le PDG du groupe Imetal d’instruire ses services à l’effet de «dépêcher une commission d’enquête pour procéder à un audit au niveau de l’usine Sider El Hadjar». Il accuse un haut cadre du département capital marchand au niveau du ministère de l’Industrie et des mines d’être à l’origine de pressions exercées sur l’administration et le syndicat de l’entreprise. «Par son pouvoir d’autorité, il est intervenu en faveur de deux entreprises privées sous-traitantes (…) qu’il a introduites au complexe depuis Alger, et ce, en agissant en tant que représentant personnel du ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi. Pis, ces deux entreprises n’ont jamais été retenues dans aucune des opérations d’avis d’appel d’offres de l’entreprise Sider El Hadjar», précise le représentant des travailleurs."

Cinq jours plus tard c'est un tout autre son de cloche dans Liberté où A. Allia annonce:

" Plusieurs centaines de travailleurs en colère se sont rassemblés jeudi en face des bureaux de la direction générale de Sider, à l’intérieur du site industriel, pour exiger le départ de l’instance syndicale UGTA en activité et l’organisation de nouvelles élections. Les manifestants reprochent au SG du syndicat d’entreprise, Noureddine Amouri, une trop grande proximité avec le député FLN, Baha Eddine Tliba, qui agirait en véritable maître des lieux au niveau du complexe, recrutant, mutant ou dégommant à sa guise les responsables des départements stratégiques de Sider El-Hadjar.
Fort de la complicité de Noureddine Amouri, qui n’est autre que son cousin, le très controversé et par trop voyant député d’Annaba, se mêlerait même de la gestion du complexe, selon les manifestants, allant, disent-ils, jusqu’à tenter d’orienter à son profit personnel, la politique commerciale mise en place par la direction.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article