Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La doctrine algérienne de défense nationale accorde en principe une grande importance aux politiques positives à l'égard des populations frontalières. L'ANP semble avoir perdu de vue cette dimension essentielle. En deux jours, un contrebandier de Djanet est tué par des djounouds pour "refus d'obtempérer" puis deux jeunes qui protestaient  le lendemain sur la voie publique contre cette exécution sommaire sont à leur tour abattus.

Samedi 18 août. Un contrebandier a été abattu, hier, par les éléments de l'Armée Nationale Populaire (ANP) au niveau de la bande frontalière de Djanet, indiquait dimanche un communiqué du Ministère de la Défense Nationale (MDN). qui précise : "un détachement de l'Armée Nationale Populaire a intercepté, le 18 août 2018, un véhicule tout-terrain et a abattu un contrebandier après avoir refusé d'obtempérer, alors qu'un autre contrebandier a été arrêté." Cela se passait dans la région de Djanet. L'annonce de cette exécution pour "refus d'obtempérer" est mise au même niveau qu'une autre prouesse : " De même, un autre détachement a saisi, au niveau du même Secteur, un véhicule tout-terrain, quinze (15) groupes électrogènes et treize (13) marteaux piqueurs".

Le lendemain dimanche 19 août, Pour protester contre cette exécution sommaire, des habitants de Djanet se sont rassemblés devant le siège du secteur militaire. Résultat deux jeunes manifestants ont été tué par balles.   

Lundi 20 août, l'ANP diffuse la copie du PV d'une "réunion de conciliation" tenue le 20 août sous le direction du chef d'Etat major de la 4e région militaire. On évoque des enquêtes approfondies et des indemnisations des familles...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article