Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Le Coordonnateur de la lutte contre le terrorisme au Département d’Etat US, Sales Nathan, a été reçu, hier dimanche, au ministère des affaires étrangères à Alger. Nathan A. Sales a prêté serment le 10 août 2017 et proclamait deux mois plus tard : "La lutte contre le Hezbollah est une priorité absolue pour l’administration Trump".

Propos tenus le 10 octobre 2017

(...) "Les États-Unis ne sont pas le seul pays à bien saisir la vraie nature du Hezbollah. Au cours des dernières années, le Conseil de coopération du Golfe et la Ligue arabe ont désigné le groupe Hezbollah comme une organisation terroriste, comme l’avaient déjà fait les États‑Unis, l’Union européenne, l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande.

Bien que des progrès considérables aient été réalisés, beaucoup de travail reste à faire. Le Hezbollah n’est pas assujetti aux sanctions de l’ONU. Il n’est pas non plus sanctionné au niveau national ou régional en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie du Sud-Est — autant de régions où le groupe opère.

En outre, certains pays ont choisi de ne désigner que la branche militaire du Hezbollah, laissant complètement de côté sa branche dite « politique ». Mais c’est une fausse distinction. Qu’on ne s’y méprenne pas : le Hezbollah n’a pas de branche politique. Il ne s’agit que d’une seule organisation — une organisation terroriste — et elle est pourrie jusqu’à la moelle.

Ces lacunes ne sont pas simplement symboliques ; elles limitent la capacité des autres gouvernements de geler les actifs du Hezbollah, de fermer ses sociétés écrans, d’éliminer ses capacités de financement et de recrutement et de poursuivre les réseaux associés au Hezbollah.

Les États-Unis auront besoin d’alliés dans ce combat. Nous félicitons les pays qui ont déjà sanctionné le Hezbollah d’avoir franchi cette étape importante, et nous les exhortons à perturber encore davantage les activités du groupe. Quant aux pays qui ne l’ont pas encore fait, nous les invitons à intervenir et à nous aider à faire face à cette menace commune. Nous exhortons tout particulièrement nos partenaires à rejoindre le groupe de coordination entre les organes chargés de l’application de la loi des États-Unis et ceux d’Europol (Law Enforcement Coordination Group ou LECG). Le LECG fournit une plate-forme pour une forte collaboration entre plus de 25 pays confrontés à la menace du Hezbollah.

Avant de conclure, il est important de rappeler que le Hezbollah n’a pas développé ses capacités militaires et terroristes seul. Il est devenu la menace mondiale actuelle que nous connaissons pour une raison : l’aide considérable et constante de Téhéran. Le régime iranien a fondé et financé le Hezbollah pour alimenter l’instabilité dans toute la région et à travers le monde. Il l’a fait aux dépens du peuple iranien — dont les ressources sont détournées pour soutenir la cause sanglante du Hezbollah — et aux dépens du Liban, qui a souffert gravement du partenariat mortel entre l’Iran et le Hezbollah. Le peuple iranien et le peuple libanais méritent mieux que cela.

L’annonce de ce jour sur la récompense pour la justice est une autre étape importante dans notre campagne actuelle pour contrer les activités terroristes de grande envergure du Hezbollah. En collaborant avec nos partenaires, nous affronterons le Hezbollah dans le monde entier, nous lui nierons les ressources qui lui sont nécessaires pour mener à bien ses attaques mortelles, et nous traduirons ses dirigeants et ses agents en justice."

Texte intégral : Réseau Voltaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article