Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Yazid Aït Hamadouche, le jeune animateur-radio de la Chaîne 3*, connu pour son émission «Serial Taggueur» et réalisateur de clips, est décédé hier, à l’âge de 38 ans, lors d’une intervention chirurgicale à l’hôpital de Kouba, à Alger.

 

Par K. Smaïl, 29 août 2018

L’annonce du décès de l’animateur radio Yazid Aït Hamadouche a été une onde de choc à travers les réseaux sociaux. Une cruelle nouvelle portant sur le départ prématuré d’un animateur très dynamique et surtout agitateur de talent.

Il faut saluer sa disponibilité, son abnégation, sa volonté de donner leur chance aux jeunes créateurs. C’était une sorte de «grand frère» qui mettait le pied à l’étrier aux débutants, aux amateurs, aux passionnés…Bref aux artistes. Et de front, aux auteurs de B. A., de bonnes actions. Par exemple, son engagement actif dans la lutte contre le sida. Yazid Aït Hamadouche voulait faire émerger les valeurs cardinales universelles. Tolérance, acceptation de l’autre, humanisme, la solidarité…

Bref, l’Algérie qui gagne. Et ce, malgré son handicap qui le grandissait, l’augmentait, le distinguait… Et nous filait des complexes, nous et nos jérémiades existentielles. Après avoir décroché un diplôme à l’Ecole supérieure d’informatique, Yazid entre à la Radio algérienne, en 2015. Une année seulement après son recrutement, il représente l’Algérie dans un concours international «Premios Ondas», et reçoit le prix spécial du jury en Espagne.

En 2012, il permet cette fois encore à l’Algérie de se classer première au grand prix de la Radio URTI, Union de radios et télévisions internationales, devant 47 pays, dont l’Allemagne et l’Espagne réputées pour être des leaders en radiodiffusion. Dans le domaine de la communication et de la culture et depuis 2010, la foi qu’il voue aux capacités de la jeunesse algérienne le pousse à créer «Serial Taggueur», un programme radiophonique original qui a vu l’émergence de toute une pléiade d’artistes communément baptisée «La nouvelle scène algérienne».

Il s’est également découvert, ces dernières années, une passion nouvelle pour la réalisation cinématographique. Dans un post datant du 26 août, il y a trois jours, Yazid invitait les gens de Skikda à le rejoindre pour son émission radiophonique «Menthe à l’eau» : «Nass Skikda rakoum h’na ? J’arrive.» Un animateur plein de promesses, de vie, d’espoir…

Pour ses collègues, confrères, proches, amis et surtout ses fidèles auditeurs, Yazid Aït Hamadouche est toujours «On air». Car il a tagué, gravé et marqué son empreinte juvénile, généreuse, talentueuse, humaniste et surtout responsable.

Source : El Watan

*Le blogueur, ancien de la chaîne 3 (fin des années 60) s'associe au deuil.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article