Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

"Opération de com" : la ministre Zerouati nettoie les rues! Photo DR

"Opération de com" : la ministre Zerouati nettoie les rues! Photo DR

Par Arab Chih

D’une pierre deux coups. En lançant une campagne nationale pour le nettoyage de l’environnement dont le coup d’envoi a été donné ce jeudi 30 août, la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Fatima Zohra Zerouati, s’est certainement fixé deux objectifs.

D’abord faire accroire quant à l’engagement sans faille de son département et le gouvernement en général sur les questions d’hygiène. Autrement dit, ils ne sont absolument pas responsables de l’épidémie de choléra qui touche plusieurs wilayas du centre du pays mais aussi la pollution asphyxiante que connait le pays et les tonnes d’ordures ménagères qui défigurent les villes et villages algériens.

Non sans se faire une petite promotion personnelle, en n’hésitant pas, à l’occasion, à enfiler le bleu de travail et aller sur le terrain pour participer, avec le petit peuple, au ramassage d’ordures. Une simple opération de com’ qui tient beaucoup plus d’une volonté de déresponsabilisation du gouvernement dans l’apparition en Algérie d’une épidémie comme le choléra que d’une action de sensibilisation ou de prévention.

Deuxième objectif poursuivi par la sortie de Mme la ministre : la culpabilisation des citoyens dans la pollution de l’environnement et l’apparition de toutes sortes de maladies. D’ailleurs, elle n’a pas hésité à pointer du doigt, mardi 28 août à l’occasion d’une conférence de presse, l’‘’incivisme’’ de l’Algérien et son manque de « sens de l’environnement ». « L’existence de la volonté politique, des technologies et l’affectation d’importantes enveloppes financières pour les investissements s’inscrivant dans le cadre des stratégies de protection de l’environnement sont des démarches dont les objectifs escomptés ne peuvent être réalisés en l’absence du sens de civisme », a-t-elle souligné. Un sens du civisme qui, a-t-elle déploré, manque à la société algérienne, non sans professer : 

« Le citoyen doit adhérer impérativement et en urgence à la culture de préservation de l’environnement». Tout est dit : l’incivisme des Algériens empeste le cadre de vie général et enraille l’action du gouvernement ! Les Algériens sont doublement coupables, en somme.

À la décharge de Mme Zerouati, elle n’a fait, dans ce registre de la culpabilisation du citoyen, qu’emboiter le pas à son collègue de la santé, Mokhtar Hasbellaoui, qui a eu déjà à épiloguer sur la responsabilité du citoyen dans la propagation du choléra mais aussi du secrétaire général du FLN qui, il y a trois jours, s’est lamenté du manque d’hygiène chez les Algériens.  «La cause de la propagation des maladies, ce sont les déchets qu’on voit partout. Ce n’est pas une question qui relève du ministère de la Santé ou du gouvernement. L’hygiène est un problème de société », a-t-il soutenu.

C’est clair, la ligne directrice de la communication gouvernementale face à l’épidémie du choléra est bel et bien la culpabilisation du citoyen. Soit. Mais qu’ont vraiment fait le gouvernement (son rôle est de trouver des solutions aux problèmes du pays et l’hygiène en est un) et les représentants locaux de l’État (walis et chefs de Daïras) pour en finir avec le très vieux problème des ordures qui défigurent, depuis des années, les ruelles de nos villes et autres décharges sauvages qui pullulent dans nos campagnes ?

Pas grand-chose puisque le problème date de plusieurs années pour ne pas dire des décennies et on en parle toujours.

Si l’entreprise publique de ramassage des ordures ménagères, Netcom, manque de moyens et d’effectifs, pourquoi, on ne l’en a pas muni, notamment du temps où les caisses de l’État étaient pleines ?  

Et si Netcom est dépassée, pourquoi n’avoir pas permis ou encourager la création d’entreprises privées qui aideront à régler ce sempiternel problème et à créer de l’emploi et de la richesse ?  

Cela ne relève tout de même pas de la responsabilité du citoyen mais plutôt de l’État.

Car les habitants doivent bien se débarrasser de leurs poubelles et c’est à l’Etat (gouvernement, collectivités locales, etc) de se charger de l’opération de leur collecte. Après, s’il faut imposer une taxe sur la collecte des ordures (elle existe sur les textes et ne demande qu’à être collectée), il ne viendra à l’esprit d’aucun Algérien de s’y opposer. C’est dire que, dans cette affaire des ordures ménagères et de l’environnement en général, la balle est beaucoup plus dans le camp des autorités que dans celui des citoyens. Et, le gouvernement gagnerai à s’attaquer aux vrais causes du problème et non pas aux épiphénomènes.

Source : TSA-Algérie

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article