Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Le tournant a été pris en 2015 selon le quotidien  Le Soir d'Algérie qui rapportait en mars 2016 des chiffres officiels : "La quantité de cocaïne saisie en Algérie a très fortement augmenté, passant de 1 245,6 grammes en 2014 à 88 287,3 grammes (+6 987,7%) en 2015."

Ce qui fait écrire dans Liberté-Algérie : "La cocaïne en Algérie, ce n’est plus une crainte, mais un fléau enraciné dans les milieux fortunés". Le quotidien titre en effet  : "La consommation de poudre blanche augmente au sein de la Jet-Set. Cocaïne en Algérie ou la drogue des riches". On peut lire notamment :

"Des informations qui parviennent à l’Office national de lutte et de prévention contre la drogue et la toxicomanie font part de sa consommation par des personnes issues de familles aisées, dans des cercles fermés, discothèques et autres cabarets de luxe. De par leur statut social, ces consommateurs se sentent protégés des descentes des différents services impliqués dans la lutte contre les stupéfiants".

Cette analyse est partagée par le site DIA Algérie après l'annonce de la récente saisie de près d'une tonne de cocaïne au large du port d'Oran:

"Selon certaines sources, c’est la jet set algérienne qui consomme ce genre de drogue hors de prix lors notamment des soirées bien arrosées et surtout très sélect. Jusque-là, sa médiatisation et même son existence étaient bien cachées". Cependant, le site signale une nouveauté :  "Durant ce ramadhan, un phénomène curieux est apparu sur notre petit écran et plus particulièrement dans des feuilletons algériens, c’est la mise en valeur de la cocaïne dans certaines séquences. On le voit clairement dans le feuilleton El Khawa 2, diffusé sur la chaîne El Djazairia One où le comédien Mohamed Khassani qui joue le rôle d’un dealer offre une dose de cocaïne à la jeune fille de la famille Mostfaoui. Même scénario découvert dans le feuilleton Ennar El Barida, diffusé sur l’Entv, où lors d’une soirée bien arrosée, un jeune de la jet set distribue des doses pour ses invités. La scène est suggérée mais lors de la discussion avec le dealer on comprend clairement de quelle drogue il s’agit. Même dans les films de cinéma algérien la cocaïne n’est pas présente dans le scénario ; alors  pourquoi est-elle si présente dans les feuilletons algériens et surtout durant ce ramadhan? "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article