Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

photo DR

photo DR

L’industriel Slim Othmani a reçu le 19 juin des mains de l’Ambassadeur de France à Alger les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur, attribués par le Président Macron. Parmi les personnalités présentes à la cérémonie, les chefs d’entreprises Issad Rebrab, Hassan Khelifati, Hakim Soufi, Lyes Boudiaf, le président exécutif de Djezzy Vincenzo Nesci.

Pourquoi cette médaille française à un Algérien

Dans le passé, étaient décorés quelques indigènes algériens qui "se sont battus pour la France", dans les régiments coloniaux engagés lors des Première et seconde guerres mondiales.

C'est la même philosophie patriotique qui motive aujourd'hui l'attribution de médailles de la légion d'honneur à des étrangers qui se sont signalés par les services qu'ils ont rendus à la France ou aux causes qu'elle soutient. Ils peuvent recevoir les insignes correspondant à une distinction de la Légion d'honneur, sans  pour autant reçus comme membres de l’ordre.

Ces attributions, parfois controversées, sont accompagnées d’un certificat d’attribution de décoration, dont le modèle diffère des brevets de nomination. Contrairement à ces derniers, ils ne sont pas signés par le Grand chancelier mais seulement par le Grand Maître (Président de la République) et possèdent une rédaction qui leur est propre.

Maghreb Emergent analysait complaisamment, en mai dernier, le sens de cette pseudo distinction française : "A travers son choix d’honorer Slim Othmani, connu pour son engagement en faveur d’un climat des affaires sain et d’une relation entreprise-Etat complémentaire et sereine, la France a voulu, d’un côté exprimer son désaccord avec les politiques économiques actuelles de l’Algérie et, d’un autre côté, afficher son adhésion à la vision que défendent les chefs d’entreprises acquis aux idées du patron de NCA-ROUIBA."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article