Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Régions de plantations de soja. Trump y a bénéficié de la majorité des votes. DR.

Régions de plantations de soja. Trump y a bénéficié de la majorité des votes. DR.

Par François Leclerc, 5 avril 2018

"Pour voir", les autorités chinoises ont fait un pas en avant dans l’escalade, et elles n’ont pas été déçues. En incluant dans la liste des produits destinés à être taxés le soja, les voitures et les avions, elles ont touché aux œuvres vives américaines et ont suscité de fortes réactions.

Mais elles ont pris des précautions, ne fixant aucune échéance pour l’application de ces mesures de rétorsion, qui prennent ainsi le caractère d’une invitation à négocier avant qu’elles ne prennent effet à une date indéfinie. Elles ont par ailleurs laissé une ambiguïté de taille à propos des avions qui seraient concernés – de moins de 45 tonnes sans plus de précision – dont les conséquences pourraient être désastreuses pour la vente des moyen-courriers de Boeing.

L’industriel affecte la sérénité d’usage, mais il a souligné l’importance qu’a une industrie aéronautique nationale solide, un message de modération lancé à Donald Trump. Les déclarations incitant à un compromis n’ont pas manqué aux États-Unis, devant la crainte que l’économie et l’emploi américains ne sortent affectés du conflit, montrant que les autorités chinoises ont fait mouche. Ce qui a conduit Larry Kudlow, le nouveau conseiller économique de la présidence, afin d’éviter que ces réactions prennent trop d’ampleur, à douter que quoi que ce soit de concret puisse intervenir dans les prochains mois. Sans toutefois accepter de confirmer que des négociations sont en cours.

Quoi qu’il en soit, les réactions appelant à la négociation pleuvent. Elles proviennent des producteurs de soja, qui demandent au président de s’engager dans « une voie constructive et non punitive ». Des manufacturiers, qui se déclarent « très concernés par la détérioration des relations américano-chinoises ». Des représentants de l’industrie chimique qui appellent les gouvernements américain et chinois « à prendre des décisions mutuellement bénéfiques avant que la situation ne se détériore ». Cela fait beaucoup et cela pèse électoralement.

L’administration Trump doit délivrer le 22 mai sa position finale sur la liste des 1.330 produits qui feront l’objet d’une taxation. Cela lui donne l’opportunité de faire un geste en direction des autorités chinoises, mais rien n’indique qu’il en sera ainsi. Un critère de moindre impact sur les importations chinoises – exception faite de l’acier et de l’aluminium – avait présidé à leur sélection initiale, dans le but d’en limiter les effets sur les consommateurs américains, mais les menaces chinoises ont ruiné cette précaution.

Donald Trump a relancé sa campagne en faveur de la fermeture de la frontière avec le Mexique. Faute de pouvoir avancer sur la construction d’un mur, en raison du refus de Congrès de lui accorder 25 milliards de dollars pour la financer, il annonce avoir l’intention de déployer la Garde Nationale tout au long de celle-ci pour frapper les esprits. Une vue de l’esprit ! En permanence, il a besoin d’avoir quelque chose sur le feu afin de flatter sa clientèle électorale, mais c’est dans les circonstances présentes son talon d’Achille, car les milieux d’affaire pèsent aussi…

Source : Décodages.com

Dernière minute:

Le président américain vient d'envisager de taxer 100 milliards de dollars supplémentaires d'importations chinoises. Le Chine se dit prête à  « aller jusqu'au bout ».
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article